Vous recherchez une actualité
Actualités

Le FAST FOOD, c'est 200 calories de plus qu'à la maison

Actualité publiée il y a 6 années 5 jours 3 heures
Public Health Nutrition

Un rappel de l’American Cancer Society : Manger trop souvent au fast-food c’est consommer plus de calories et globalement opter pour une mauvaise nutrition. C'est 200 calories quotidiennes supplémentaires, précise cette étude de l'Université de l'Illinois (Chicago) qui appelle aussi à renforcer l’accès aux aliments sains pour les groupes de population socio-économiquement défavorisés. Ces conclusions sont publiées dans la revue Public Health Nutrition.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les adultes qui prennent leurs repas à la fois en fast-food et/ou au restaurant consomment plus de calories, plus de sucre, plus de graisses saturée et plus de sel (sodium), selon cette analyse de données de plus de 12.000 répondants, âgés de 20 à 64 ans, participant à la National Health and Nutrition Examination Survey 2003 (NHANES).


Des résultats qui confirment ceux d'études précédentes qui montrent aussi que manger en famille, à table et à la maison, permet d'avoir un régime alimentaire plus diversifié et mieux équilibré, dont des apports suffisants en fruits, légumes et vitamines.

· Ici, l'analyse révèle que les jours de fast-food,

- l'apport énergétique total augmente en moyenne de 194,49 kcal

- les graisses saturées de 3,48 g,

- le sucre de 3,95 g

- et le sodium de 296,38 mg.

· Quant aux jours avec restaurant,

- l'apport énergétique total augmente en moyenne de 205,21 kcal,

- les graisses saturées de 2,52 g

- et les apports en sodium de 451,06 mg.

Les classes les plus défavorisées sont les plus concernées : Cet apport calorique supplémentaire s'avère plus élevé pour les adultes noirs, vs blancs et hispaniques et plus élevé en cas de faibles revenus. L'étude confirme ainsi l'association entre le fast-food, l'apport calorique et donc le risque d'obésité, et un niveau socio-économique défavorisé.

Les auteurs parlent même « d'implications politiques » et appellent aux interventions permettant d'améliorer l'alimentation et réduire l'apport énergétique chez les plus défavorisés afin de réduire les disparités alimentaires, raciales et socio-économiques, ici chez les Américains.

Source: Public Health Nutrition August 7, 2014 doi:10.1017/S1368980014001153 The impact of restaurant consumption among US adults: effects on 2 energy and nutrient intakes

Lire aussi: L'OBÉSITÉ, une histoire de famille plus que d'hérédité

OBÉSITÉ: Quand la pauvreté fait grossir

OBÉSITÉ: Elle devient la comorbidité de la pauvreté -

Autres actualités sur le même thème