Vous recherchez une actualité
Actualités

Les OMEGA 3, puissants réducteurs de gravité des AVC

Actualité publiée il y a 10 années 2 mois 4 jours
Stroke

La consommation d'oméga-3 crée dans le cerveau un environnement anti-inflammatoire et neuroprotecteur qui atténue les dommages au cerveau après un accident vasculaire cérébral (AVC). Cette étude qui nous vient de l’Université de Laval (Quebec) a permis de réduire de 25% l'étendue des dommages au cerveau…de souris et confirme le puissant effet anti-inflammatoire dans le cerveau d’un oméga-3, le DHA.Des résultats tout à fait importants, parce que le DHA est largement disponible, à faible coût et a un excellent profil de sécurité et que l’effet anti-inflammatoire constaté, selon les auteurs, est probablement transposable aux humains. Une étude présentée dans l’édition en ligne du 18 août de la revue scientifique Stroke, de l’American Heart Association.

La consommation de poissons est un facteur de réduction démontré de maladie coronarienne et, éventuellement, d'accident vasculaire cérébral ischémique. Parce que l'acide docosahexaénoïque (DHA), un acide gras oméga-3, est une composante neuroactive de l'huile de poisson, ces chercheurs ont émis l'hypothèse que l'exposition des souris à un régime alimentaire enrichi avec DHA peut réduire l'inflammation et protéger les neurones contre une lésion ischémique.


Pour visualiser les effets du DHA sur la neuroinflammation après un AVC, les chercheurs canadiens, les Pr. Jasna Kriz et Frédéric Calon, ont exposé des souris transgéniques soit à un régime de contrôle, soit à un régime alimentaire appauvri en acides gras polyinsaturés, soit à un régime enrichi en DHA pendant 3 mois. Des examens ont été effectués à 3 et 7 jours après l'occlusion de l'artère cérébrale moyenne.

L'étude montre qu'un traitement de 3 mois par DHA empêche l'activation microgliale après une lésion ischémique, réduit la taille de la lésion et favorise l'augmentation des niveaux des molécules anti-apoptotiques Bcl-2, qui favorise la survie des neurones dans le cerveau. Une analyse supplémentaire a révélé une diminution significative de certaines cytokines pro-inflammatoires. A long terme, la supplémentation en DHA modifie le taux d'acides gras polyinsaturés dans le cerveau.

Une protection contre l'inflammation et les lésions post-ischémiques: Les chercheurs concluent que l'accumulation de DHA dans le cerveau par l'intermédiaire d'un régime alimentaire protège contre l'inflammation et les lésions post-AVC. Parce que le DHA est largement disponible, à faible coût et a un excellent profil de sécurité, ils suggèrent qu'un apport accru en DHA est une bonne une protection contre les dommages au cerveau liés à l'AVC ischémique.

« Il s'agit de la première démonstration convaincante du puissant effet anti-inflammatoire du DHA dans le cerveau », souligne Frédéric Calon, rattaché à la Faculté de pharmacie de l'Université Laval. Cet effet protecteur serait attribuable à la substitution de molécules dans la membrane des neurones : le DHA remplacerait partiellement l'acide arachidonique, un acide gras oméga-6 reconnu pour ses propriétés inflammatoires.