Vous recherchez une actualité
Actualités

L'OBÉSITÉ ne fait pas des forts en maths

Actualité publiée il y a 8 années 3 semaines 6 jours
Child Development

Cette étude associe le poids des enfants et donc l’obésité infantile à leur performance en mathématiques. Alors que l'obésité infantile a augmenté de façon spectaculaire au cours des 40 dernières années avec son cortège de comorbidités, cette étude longitudinale, publiée dans l’édition de juin de la revue Child Development, menée par des chercheurs des Universités du Missouri, de Columbia, de Californie et du Vermont illustre la complexité des relations entre le statut pondéral des enfants, le bien-être social et émotionnel et les résultats scolaires.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Les chercheurs ont suivi plus de 6.250 enfants de l'étude cohorte Early Childhood Longitudinal Study-Kindergarten de la maternelle et sur 5 années. Les parents ont fourni des informations au sujet de leur famille, les enseignants ont évalué les compétences interpersonnelles des enfants et leur bien-être émotionnel. Les enfants ont été pesés, mesurés et ont passé des tests « académiques ».


Surpoids, mauvais résultats en maths : En comparaison avec les enfants qui n'ont jamais souffert d'obésité, les garçons et les filles obèses et dont l'obésité persiste depuis le début de la maternelle à cette 5è année, obtiennent de moins bons résultats sur les tests de mathématiques, dès la première année. Leur faible performance se poursuit voire s'aggrave jusqu'en 5è année. Lorsque les garçons sont atteints d'obésité un peu plus tard, en 3è année, ces différences de résultats s'estompent. Pour les filles atteintes d'obésité plus tard, ces mauvais résultats sont liés de manière temporaire à l'obésité. Les filles jeunes obèses de manière continue durant le suivi de l'étude, montrent également moins de compétences sociales, sans doute en raison d'un mal-être émotionnel. Et quand l'obésité est continue, durant ces jeunes années, filles ou garçons souffrent de tristesse, de solitude et d'anxiété, ce qui peut expliquer, ajoutent les auteurs, leurs faibles résultats en maths.

En conclusion, cette étude suggère que l'obésité infantile, et en particulier l'obésité durable durant ces années de primaire, nuit à la performance sociale et scolaire des enfants.

Source: Child Development "Boys' and Girls' Weight Status and Math Performance from Kindergarten Entry through Fifth Grade: A Mediated Analysis," via University of Missouri-Columbia (AAAS) “Childhood obesity linked to math performance, MU researcher says (Visuel © cheitt - Fotolia.com)

Lire aussi : Et si ALIMENTATION et Q.I. étaient liés chez les enfants ?

Accéder à nos dossiers-Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Obésité de l'enfant (1/6)
Troubles du comportement alimentaire

Autres actualités sur le même thème