Vous recherchez une actualité
Actualités

MICROBIOTE intestinal: Et si ces bactéries nous donnaient faim?

Actualité publiée il y a 6 années 9 mois 17 heures
Journal of Bacteriology

Les bactéries gastro-intestinales jouent toute une série de rôles très importants dans la biologie humaine. Mais, selon ces chercheurs de l'Université de Rouen, elles pourraient aussi exercer un certain contrôle sur l'appétit. Cette étude publiée dans l’édition du 9 novembre du Journal of Bacteriology suggère en effet une boucle de rétroaction préférences alimentaires-composition du microbiote-préférences alimentaires…

«Les bactéries sont la reconnaissance et la synthèse des hormones neuroendocriniennes », écrit Victor Norris, de l'Université de Rouen, qui fait l'hypothèse que les microbes de l'intestin forment une communauté qui forme une interface avec le système nerveux qui innerve le tractus gastro-intestinal, le système nerveux entérique. Ce système comporte environ un demi-milliard de neurones vs 85 milliards pour le système nerveux central (SNC).


Du microbiote à l'humeur et au comportement : Le microbiote intestinal répond à la fois à la fois aux nutriments consommés par leur hôte et à l'état de leur hôte déterminé par les niveaux de différentes hormones. Une communication qui pourrait être réciproque, le microbiote pouvant aussi générer des composés utilisés dans la signalisation tels que des neurotransmetteurs comme GABA, la dopamine et la sérotonine qui influent sur l'humeur et le comportement. De récentes études montrent que les bactéries intestinales peuvent également jouer un rôle dans les maladies comme le cancer, le syndrome métabolique et la maladie de la thyroïde, en exerçant une influence sur les voies de signalisation.

La flore intestinale pourrait-elle influencer le choix de la nourriture? Les chercheurs proposent ici des données épidémiologiques ainsi que plusieurs expériences qui contribuent à répondre à la question, en démontrant la corrélation entre la présence de certains métabolites bactériens et l'activité de certaines régions du cerveau associées avec l'appétit et le plaisir. L'étude suggère ainsi une relation en boucle entre les préférences pour un régime alimentaire particulier et la composition du microbiote intestinal qui dépend de ce régime, puis les préférences de l'hôte telles qu'influencées par le microbiote intestinal.

Source: J. Bacteriol. doi: 10.1128/​JB.01384-12 online 9 November 2012 Hypothesis: bacteria control host appetites (Visuel Bactérie : Danone Research/Inra– T. Meylheuc, vignette NIH)

Lire aussi : MÉTAGÉNOME INTESTINAL: Une seconde signature génétique unique -

Autres actualités sur le même thème