Vous recherchez une actualité
Actualités

NEUROTOXICITÉ: Comment prévenir de nouvelles générations de cerveaux intoxiqués

Actualité publiée il y a 4 années 9 mois 3 semaines
The Lancet Neurology

Contrôler ce que ces chercheurs Danois appellent la neurotoxicité développementale ou toxicité du cerveau en développement de l’enfant, avec ses conséquences en termes d’émergence de l'autisme, du trouble d'hyperactivité avec déficit d'attention (TDAH), de la dyslexie et d'autres troubles cognitifs, des troubles qui affectent aujourd’hui des millions d'enfants à travers le monde. En cause des produits chimiques industriels qui blessent le cerveau en développement pour certains identifiés, pour d’autres restant à identifier. Cet état des lieux qui reprécise les produits chimiques industriels neurotoxiques, présenté dans le Lancet Neurology, appelle les politiques comme les industriels à adopter le principe de précaution et à tester tout nouveau produit chimique pour la neurotoxicité développementale.

Les études ont montré que certains produits chimiques passent la barrière hémato-encéphalique et entraînent des symptômes neurologiques. Chez les enfants au cerveau encore en développement ou in utero, ces produits chimiques sont extrêmement toxiques, car ils touchent le cerveau en période de vulnérabilité extrême. Les effets sont irréversibles.


Les chercheurs de l'University of Southern Denmark, avec leurs collègues d'Harvard et de l'Icahn School of Medicine at Mount Sinai (New York), avaient déjà, en 2006, effectué un premier inventaire

en identifiant, via une revue de la littérature, 5 produits chimiques industriels neurotoxiques :

· le plomb,

· le méthylmercure,

· les polychlorobiphényles (PCB),

· l'arsenic,

· le toluène (méthylbenzène).

Depuis, de nouvelles études épidémiologiques ont mis en évidence 6 autres neurotoxiques :

· Le manganèse,

· les fluorures ou composés du fluor,

· le chlorpyrifos-éthyl (un pesticide),

· le dichlorodiphényltrichloroéthane (DTT),

· le tétrachloroéthylène (ou perchlo),

· les polybromodiphényléthers (PBDE s).

Les produits les plus neurotoxiques restent à découvrir, écrivent les auteurs. Pour prévenir de nouvelles générations de cerveaux intoxiqués, les chercheurs proposent une stratégie globale de prévention qui repose sur le principe de précaution :

· Ne jamais présumer les nouveaux produits chimiques non testés sans danger pour le développement du cerveau,

· tester tous les produits chimiques disponibles et tous les nouveaux produits pour la neurotoxicité développementale,

· créer rapidement un centre international d'échange de données sur la neurotoxicité.

Le nombre de produits chimiques connus pour être toxiques pour le cerveau en développement de l'enfant a doublé au cours des 7 dernières années, les auteurs appellent donc en urgence à de nouvelles réglementations afin de protéger le cerveau des enfants.

Les fluorures ou perfluorés, présents dans l'eau courante ont ainsi été l'objet d'une méta-analyse de 27 études menées sur les enfants. L'analyse conclut à une baisse moyenne d'environ 7 points de QI. Pour les autres substances toxiques, c'est idem, suggèrent les auteurs qui constatent une apparition de nouvelles substances toxiques plus rapide que la recherche n'est capable de réunir les preuves de toxicité.

Au-delà, rappellent-ils, tous ces composés sont aussi toxiques pour les adultes. Certes en Europe, il y a REACH, pour l'enregistrement, l'évaluation, l'autorisation ou la restriction des produits chimiques, cependant la preuve de l'innocuité revient aux industriels.

Source: The Lancet Neurology March 2014 doi:10.1016/S1474-4422(13)70278-3 Neurobehavioural effects of developmental toxicity (Visuels Reach)

Autres actualités sur le même thème

Pages