Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ et SOMMEIL: Trop dormir ne fait pas grossir!

Actualité publiée il y a 7 années 5 mois 3 semaines
Sleep

Et même au contraire, nous explique cette étude l'Université de Washington qui suggère qu’une durée plus longue de sommeil peut contrer certains facteurs génétiques associés à la prise de poids. Une durée de sommeil trop courte pourrait en revanche augmenter « l’expression » de ces risques génétiques et favoriser un indice de masse corporelle élevé. Des conclusions publiées dans la revue sleep.

L'étude a suivi sur 1.088 paires de jumeaux la durée de sommeil et l'indice de masse corporelle (IMC). Les chercheurs ont calculé la durée moyenne de sommeil de chaque paire de jumeaux et divisé l'échantillon en 3 groupes: sommeil court < 7 heures par nuit, sommeil normal 7 à 8,9 heures par nuit et sommeil long > 9,0 heures par nuit. Les chercheurs ont ensuite calculé la corrélation entre l'IMC et chaque groupe de sommeil puis déduit 3 variables différentes, l'héritabilité, l'environnement de chaque jumeau, les influences de l'environnement partagées par des jumeaux élevés dans la même famille.


Manque de sommeil et prise de poids : L'étude constate que dormir moins de sept heures par nuit est associé à une augmentation de l'IMC en raison de plus grandes influences génétiques. Des recherches antérieures ont montré que les facteurs génétiques impactent le métabolisme du glucose, la consommation d'énergie, le stockage des acides gras et la satiété. Cette étude montre que les causes génétiques de l'IMC sont deux fois plus influentes chez les jumeaux qui dorment moins de 7 heures par rapport à ceux qui dorment plus de 9 heures par nuit.

Un sommeil prolongé réduit l'expression des gènes de l'obésité : Le Dr Nathaniel Watson de l'Université de Washington explique qu'une durée de sommeil plus courte fournit « un environnement plus permissif pour l'expression des gènes liés à l'obésité», et « qu'un sommeil prolongé réduit l'expression des gènes de l'obésité ». Les chercheurs montrent ainsi qu'avec moins de 7 heures de sommeil par nuit, les influences génétiques comptent pour 70% des différences d'IMC et qu'avec plus de 9 heures de sommeil, les facteurs génétiques ne comptent que pour 32% des variations de poids.

Conclusion, le sommeil est l'un des facteurs de réussite du contrôle et de la perte de poids. Ces résultats confirment l'association déjà démontrée du manque de sommeil et du risque de développement de troubles du métabolisme.

Source: Sleep Sleep Duration and Body Mass Index in Twins: A Gene-Environment Interaction (Visuels INSV)

Lire aussi :

Manque de SOMMEIL, appétit déréglé et risque d'obésité

HORLOGE BIOLOGIQUE: Sommeil perturbé? Risque de diabète et d'obésité confirmé

Accéder à nos dossiers

Obésité de l'enfant (1/6)

Troubles du comportement alimentaire

(Santé log Petite Enfance-) Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Autres actualités sur le même thème