Vous recherchez une actualité
Actualités

PARKINSON: Des neurones tout neufs à partir de cellules souches

Actualité publiée il y a 7 années 11 mois 2 semaines
Nature

Cette recherche sur la maladie de Parkinson montre qu’à partir de cellules souches, les chercheurs peuvent recréer des neurones dopaminergiques ayant des propriétés similaires aux cellules perdues avec la maladie. Les résultats de cette étude, publiés dans l’édition du 6 novembre de la revue Nature, sont extrêmement prometteurs, même si d’autres recherches sont nécessaires avant application clinique de la thérapie par cellules souches pour traiter la maladie de Parkinson chez l'homme.

Les chercheurs du Memorial Sloan-Kettering Cancer Centre (New York) précisent que les neurones ainsi créés pourraient trouver des applications immédiates dans la recherche, pour créer par exemple d'autres modèles d'étude de la maladie de Parkinson et pouvoir tester sur ces modèles de nouveaux médicaments plus rapidement. Cette étude en laboratoire et sur l'animal a permis de développer une méthode pour créer des neurones dopaminergiques, les types de cellules même du cerveau qui meurent dans la maladie de Parkinson, à partir des cellules souches humaines. Les chercheurs ont ensuite vérifié si ces neurones pourraient être utilisés pour inverser les signes et les symptômes de la maladie sur ces modèles animaux. Lorsque les scientifiques introduisent les nouvelles cellules dans le cerveau de souris, de rats ou de singes modèles présentant des lésions de type Parkinson, les animaux non seulement survivent, mais, en particulier chez les souris et les rats, les problèmes de mouvement liés à la maladie disparaissent. En outre, en termes de sécurité, cette thérapie par cellules souches n'induit aucun cancer ou croissance cellulaire incontrôlée ou « prolifération neuronale», une surproduction potentiellement nocive pour les nouvelles cellules du cerveau.


Ces nouveaux neurones, produits à partir de cellules souches ont inversé les symptômes, les troubles du mouvement observés chez les animaux malades. Comme le nombre de neurones dopaminergiques nécessaire chez une souris ou un rat est beaucoup plus faible que chez un humain, les chercheurs ont cherché à savoir si la technique pourrait être étendue à un modèle singe. Mais, encore une fois, la greffe de neurones s'avère un succès dans le cerveau des deux singes.

Les chercheurs concluent que ces neurones dopaminergiques « de remplacement » ont une excellente capacité de survie, un fonctionnement correct et constatent l'absence de prolifération neuronale sur leurs 3 modèles animaux. Le développement de thérapies cellulaires s'avère donc une nouvelle voie extrêmement prometteuse dans la maladie de Parkinson.

Source: Nature, November 6 2011 doi:10.1038/nature10648 Dopamine neurons derived from human ES cells efficiently engraft in animal models of Parkinson's disease. (Visuel Neurone dérivé de cellules souches dans le cerveau du rat)

Accéder aux dernières actualités sur la Maladie de Parkinson

Autres actualités sur le même thème