Vous recherchez une actualité
Actualités

PSYCHO et OBÉSITÉ: Télévision, la construction d'une image fataliste de l'alimentation

Actualité publiée il y a 5 années 10 mois 3 semaines
International Journal of Communication and Health

Confirmation de l’association entre la télévision et mauvaise alimentation, du nombre d’heures de télé et du volume d’aliments malsains consommés, cette étude l'Université de Houston passe en revue, dans la littérature, tous les effets nutritionnels néfastes du petit écran, snacking, malbouffe, sédentarité, …Mais les conclusions, présentées dans l’International Journal of Communication and Health, révèlent des effets plus pernicieux comme le renoncement ou la construction d’une vision fataliste de l’alimentation.

Si le sujet est largement traité, l'objectif de cette recherche, menée auprès de 591 participants, est d'évaluer comment les médias dont la télévision, contribuent au développement d'une « vision fataliste » de notre alimentation ou, a contrario, à l'enrichissement de nos connaissances nutritionnelles. Si la relation entre l'exposition aux médias et la quantité de nourriture malsaine consommée n'est plus à démontrer, les explications restent multiples, et psychologiques.


Aujourd'hui, il n'est plus possible de comprendre la nutrition! Ici, références à l'appui, les auteurs évoquent la confusion des différents messages nutritionnels envoyés, contradictoires entre l'information, les émissions de divertissement ou la publicité. Cette confusion peut expliquer le développement de comportements alimentaires malsains. L'exemple est donné des boissons sucrées promues ou au contraire à remplacer encore par d'autres aliments, selon les publicités. Une contradiction permanente, écrivent les auteurs, qui « conduit à la conviction qu'il n'est tout simplement pas possible de comprendre la nutrition ».

Exposition à la télévision et connaissances pauvres en nutrition : Ainsi, les gros consommateurs de télé sont aussi ceux qui, dans les études, font les scores de connaissance les moins élevés en nutrition. Cependant, cette association n'est pas trouvée chez les spectateurs qui ne regardent que les informations. Ce qui suggère que les messages d'information prennent mieux en compte les effets "santé" au contraire des divertissements ou de la publicité.

Télévision rime avec addiction : Plus précisément, l'utilisation accrue de la télévision diminue l'auto-contrôle quand il s'agit de manger sain c'est-à-dire la capacité, par soi-même, d'adopter le bon comportement alimentaire. C'est la vision plus fataliste de l'alimentation, avec un renoncement à manger sain et équilibré, que décrivent les auteurs.

En conclusion, les explications relevées dans la littérature vont bien plus loin que le grignotage et la sédentarité. La télévision apparaît comme un empêcheur de s'éduquer et de s'auto-contrôler.

Confusion des connaissances nutritionnelles et vision fataliste de l'alimentation, deux explications corrélées: « Les personnes qui pensent que la nutrition est trop difficile à comprendre, sont celles qui vont renoncer à bien manger ".

Source: International Journal of Communication and Health 2015 Understanding the Relationship Between Television Use and Unhealthy Eating: The Mediating Role of Fatalistic Views of Eating Well and Nutritional Knowledge

Lire aussi:

OBÉSITÉ infantile: Les tablettes plus néfastes que la télévision? –

TÉLÉVISION et OBÉSITÉ: Quand le suspense fait grossir –

OBÉSITÉ: Télévision, l'effet publicité plus fort que l'effet sédentarité –

Pour en savoir plus sur l'Obésité infantile

Accéder à nos dossiers- Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Obésité de l'enfant (1/6)
Troubles du comportement alimentaire

Autres actualités sur le même thème