Vous recherchez une actualité
Actualités

RISQUE CARDIAQUE: Tout est dans le cheveu

Actualité publiée il y a 5 années 6 mois 4 semaines
JCEM- Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism

3 cm de cheveux suffisent. L'analyse de mèches de cheveux est bien capable de révéler des niveaux d'hormones de stress élevés associés à un risque cardiovasculaire accru, c’est ce que suggère cette étude de l’Institut médical Erasmus de Rotterdam. Les conclusions, publiées dans le Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism, ouvrent l’opportunité d’un nouvel outil, simple et non invasif, de détection et d'évaluation du stress sur le long terme.

Nos cheveux contiennent des informations précieuses sur nos niveaux de stress or des niveaux élevés de cortisol peuvent, à long terme, entraîner, chez les personnes âgées, une augmentation du risque de maladie cardiaque et d'accident vasculaire cérébral (AVC). Contrairement à un test sanguin qui va procurer une mesure instantanée des niveaux d'hormones de stress, l'analyse des cheveux elle va exprimer aussi les tendances et les évolutions dans les niveaux de cortisol, sur une durée de plusieurs mois. Cette approche permet ainsi aux chercheurs d'avoir une meilleure idée de la variabilité des niveaux de cortisol. Les niveaux de cortisol élevés sont un indicateur du risque de maladie cardiovasculaire au même titre que des facteurs comme l'hypertension artérielle (HTA) ou un excès de graisse abdominale. C'est donc un signal important à prendre en compte, explique le Dr Laura Manenschijn, de l'Erasmus MC. « Les cheveux capturent des informations sur l'évolution des niveaux de cortisol au fil du temps et leur analyse nous donne apporte un nouvel outil d'évaluation ».


3 cm de cheveux suffisent : L'étude a mesuré les niveaux de cortisol de 283 participants, âgés 65 à 85 ans. Les participants ont été choisis au hasard au sein d'une vaste étude de cohorte. En analysant des échantillons de 3 cm de long de cheveux prélevés près du cuir chevelu, les chercheurs sont parvenus à mesurer avec précision, les niveaux de cortisol sur une période de trois mois. Ils confirment que les personnes ayant des niveaux élevés de cortisol sont à risque accru d'antécédents de maladie coronarienne, d'AVC, d'artériopathie ou de diabète.

Des études supplémentaires sont nécessaires pour valider et préciser la mesure du cortisol à long terme comme prédicteur de maladies cardio-vasculaires mais ce type de test pourrait, en cas de confirmation, être utilisé pour cibler les stratégies de prévention. L'analyse de prélèvements capillaires est une technique couramment utilisée en médecine légale et en sciences criminelles: En laboratoire, l'analyse de cheveux permet d'identifier avec certitude la présence d'un ou plusieurs composés et d'en déterminer la quantité avec une grande précision.

Source: Journal of Clinical Endocrinology & Metabolism May 2013 High Long-Term Cortisol Levels, Measured in Scalp Hair, are Associated with a History of Cardiovascular Disease (Visuel © anyaivanova - Fotolia.com)

Lire aussi :SUBSTANCES TOXIQUES: Désormais vos cheveux peuvent vous en dire long

Interstitiel resposorb

Autres actualités sur le même thème

Pages