Vous recherchez une actualité
Actualités

SÉDENTARITÉ: Rester longtemps assis réduit l'espérance de vie

Actualité publiée il y a 7 années 7 mois 6 jours
British Journal of Sports Medicine

C’est le British Journal of Sports Medicine qui vient à nouveau donner l’alerte avec une nouvelle étude australienne sur le risque de mortalité précoce lié à la position assise prolongée. Mais les études foisonnent sur la sédentarité et la position assise prolongée. Risque cardiovasculaire et métabolique, mortalité prématurée, on retiendra au-delà, un risque plus élevé pour les femmes, et avec cette nouvelle étude pour les femmes plus âgées et un risque qui peut même perdurer quand on pratique un minimum d’activité physique mais qui diminue lorsqu’on interrompt régulièrement ces périodes de sédentarité.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Dans l'étude australienne, les chercheurs de l'Université de Queensland (Brisbane) ont étudié l'impact du temps passé en position assise chez 6.656 femmes âgées, suivies durant 9 ans de l'âge de 76 à 81 ans à l'âge de 85 à 90 ans et qui ont autoévalué ce temps passé assis. Après ajustement avec les facteurs de confusion sociodémographiques, de mode de vie ou antécédents de santé et un taux de décès de 30% sur un suivi moyen de 6 ans et par rapport aux participantes restées assises <4 h / jour, · les participantes restées assises de 8 à 11 heures par jour présentent un risque 1,45 fois plus élevé de décès, · les participantes restées assises ≥ 11 h / jour avaient un risque 1,65 fois plus élevé de décès. · Le risque de mortalité pour la position assise prolongée est accru seulement chez les participantes qui ne respectent pas les lignes directrices d'activité physique (HR position assise ≥ 11 h / jour: 1,47). Trop de temps passé en position assise est donc, avec cette nouvelle étude positivement associé à la mortalité toutes causes. Rester assis pendant plus de 8 heures / jour sans pratiquer d'activité physique entraîne un risque accru de 50% de mourir dans les 9 années.


Une étude du même type, publiée dans les Archives of Internal Medicine, menée à l'Université de Sydney, avait les mêmes objectifs, mais portait sur une cohorte plus large de 222.497 personnes plus jeunes, âgées de 45 ans et plus, suivie de 2006 à 2010. L'étude examinait la mortalité toutes causes par rapport au temps passé assis, après ajustement avec le sexe, l'âge, l'éducation, le lieu d'habitation, l'activité physique, l'IMC, le tabagisme, l'auto-évaluation de la santé et les handicaps éventuels.

Le risque de mortalité toutes causes, -vs moins de 4 heures/jour en position assise-sont,

· pour 4 à 8 heures/jour passées en position assise : HR : 1,02

· pour 8 à 11 heures/jour : HR : 1,15

· pour 11 heures/jour : HR : 1,40

Des résultats donc cohérents avec ceux de l'étude précédente menée sur des participants plus âgés.

Le risque cardiovasculaire : En juillet 2011, une édition spéciale de l'American Journal of Preventive Medicine était consacrée aux dangers de la « station assise » prolongée, mettant en évidence l'augmentation du risque de décès prématuré, en particulier lié aux maladies cardiaques. En septembre 2011, la revue Current Opinion in Cardiology proposait une revue de la littérature sur l'impact d'une position assise prolongée sur la santé cardiovasculaire et métabolique, et citait plusieurs recherches démontrant des relations délétères entre sédentarité et mortalité mais aussi le bénéfice de « la rupture du temps sédentaire » sur la santé cardiovasculaire. L'examen concluait à une association « dose-dépendante » entre le temps total sédentaire passé assis et plusieurs facteurs de risque cardiovasculaire et à l'importance d'éviter de longues périodes ininterrompues de temps assis pour la santé cardiovasculaire. Idem pour une étude publiée précédemment dans la revue Exercise and sport sciences reviews qui confirme que même en respectant les recommandations d'activité physique (Voir schéma ci-contre), rester assis pendant de longues périodes peut nuire à la santé métabolique et augmente le risque de mortalité prématurée.

Encore plus de risques pour les femmes : Ce risque métabolique a été plus récemment mis en évidence chez les femmes, avec l'étude menée par l'Université de Leicester publiée dans l'American Journal of Preventive Medicine. L'étude alerte sur l'impact délétère de la sédentarité assise précisant que même les femmes qui font 30 minutes d'exercice par jour sont toujours à risque accru de troubles métaboliques précoces.

Enfin, pour rester positif, l'étude récente publiée dans le BMJ Open qui conclut que regarder un peu moins la télévision ou nos différents écrans et bouger un peu plus, pour limiter la quantité de temps passé assis tous les jours à moins de 3 heures pourrait augmenter de 2 ans l'espérance de vie.

Autres actualités sur le même thème