Vous recherchez une actualité
Actualités

TABAC: S'arrêter n'est pas synonyme de surpoids!

Actualité publiée il y a 4 années 8 mois 6 heures
ENDO 2015

L'arrêt du tabac est fréquemment associé à la prise de poids. Cependant cette étude qui décortique les conséquences métaboliques de l’arrêt du tabagisme, au fil des semaines, conclut à des effets complexes mais globalement favorables, à encourager. Et, contrairement aux idées reçues, l’arrêt du tabac entraîne, à 6 mois, une meilleure redistribution des graisses, une libération mieux régulée du glucose par le foie et parfois même une perte de poids. Ces conclusions ont été présentées sous forme de poster à la Réunion annuelle ENDO 2015 de l'Endocrine Society (San Diego).

Le Dr Theodore C. Friedman, chef de service de médecine interne à l'Université de médecine et des sciences de Los Angeles contredit l'idée générale qu'arrêter de fumer est synonyme de prise de poids et de résistance à l'insuline : «Notre étude montre que une résistance à l'insuline stable avec une meilleure redistribution des graisses. A court terme l'arrêt du tabac semble favoriser la graisse abdominale mais ce n'est plus le cas ensuite ».


L'étude a été menée auprès de fumeurs en bonne santé, fumant d'1/2 à 2 paquets de cigarettes par jour et suivant un programme de sevrage tabagique de 8 semaines comportant des conseils ainsi qu'un traitement oral par bupropion (Phase I), suivies d'une période d'entretien de 16 semaines sans conseil et sans bupropion durant laquelle des sujets sont restés abstinents ou ont repris voire augmenté leur consommation de cigarettes.

Avant et après la phase 1, les chercheurs ont mesuré le nombre de cigarettes consommées par jour, les niveaux de monoxyde de carbone dans le souffle, les métabolites urinaires de la nicotine, le poids, la composition corporelle, la répartition des graisses, les niveaux d'acides gras libres, le taux de libération de glucose par le foie et la métabolisation globale du glucose.

L'analyse montre que l'arrêt du tabac durant 8 semaines est associé

· à une légère aggravation transitoire de la distribution de la graisse, avec une augmentation légère de la graisse centrale,

· puis ce que les auteurs décrivent comme « un grand retournement favorable », durant les mois suivants.

A 24 semaines,

· la production hépatique de glucose s'améliore,

· en combinaison avec des changements positifs de mode de vie,

· une perte de poids directement associée à des niveaux réduits de métabolites urinaires de nicotine,

· le taux de monoxyde de carbone est réduit.

Ce qui incite les chercheurs à conclure que l'arrêt du tabac semble avoir des effets métaboliques complexes mais généralement favorables.

Source: ENDO 2015 via Eurekalert (AAAS) Quitting smoking has favorable metabolic effects

Lire aussi : TABAGISME: Arrêter de fumer, c'est que du bonheur! –

TABAGISME: S'arrêter de fumer sans prise de poids? -

Autres actualités sur le même thème