Vous recherchez une actualité
Actualités

TUBERCULOSE: Etouffer Mycobacterium via son gène de propagation

Actualité publiée il y a 4 années 3 mois 5 jours
ACS Central Science

Alors que l’Agence américaine Food and Drug Administration a approuvé le premier nouveau médicament (bédaquiline) depuis 40 ans, pour lutter contre la tuberculose (TB) pharmacorésistante, le traitement reste long (6 mois) et 40% des patients n’y répondent pas. La découverte d’un gène clé responsable de la latence de la bactérie dans les cellules immunitaires humaines, essentiel pour sa prolifération, apporte une nouvelle cible prometteuse pour éradiquer la maladie. Ces nouvelles données, présentées dans la revue ACS (American Chemical Society) Central Science ouvrent une nouvelle option thérapeutique et l’espoir d’étouffer les formes résistantes de la maladie.

La tuberculose entraîne chaque année environ 1,3 millions décès dans le monde. La bactérie responsable, Mycobacterium tuberculosis, peut se cacher du système immunitaire dans les cellules macrophages des poumons et passer ainsi inaperçue pendant des années. Alors que les antibiotiques visent généralement la paroi cellulaire et la synthèse des protéines, ils n'éliminent pas toutes les bactéries, et la maladie peut rester ainsi à l'état latent chez de nombreux patients.


Une autre option que les antibiotiques ? L'autre méthode qui pourrait empêcher le développement de la maladie serait donc de cibler le processus de propagation de la bactérie. Ce processus, repose sur le transport des électrons, un mécanisme qui alimente toutes les formes de vie et assure la liaison entre les complexes de protéines clés par une navette des électrons. Chez les bactéries, une molécule appelée ménaquinone (MK) régule cette navette.

MENj facteur de virulence et cible thérapeutique en puissance : Les chercheurs de l'Université Colorado ont donc comparé les gènes dans la tuberculose avec ceux qui sont connus pour modifier les navettes d'électrons pour d'autres organismes. Ils ont finalement identifié un gène clé, nommé MENj. Ce gène produit une forme spécifique de molécule, MK (ménaquinone), spéc à la tuberculose. Les scientifiques montrent qu'une souche mutante de M. tuberculosis privée de ce gène MENj est alors privée de sa capacité à infecter les cellules macrophages humains. Ainsi, alors que « normalement » Mycobacterium tuberculosis, (en rouge sur visuel du haut) se propage dans les cellules macrophages (à gauche), privée de son gène MENJ est éteint, la bactérie est stoppée dans sa course (voir visuel du bas).

Source: ACS (American Chemical Society) Central Science August 12, 2015 DOI: 10.1021/acscentsci.5b00212 Partial Saturation of Menaquinone in Mycobacterium tuberculosis: Function and Essentiality of a Novel Reductase, MenJ

Plus d'études sur la TB

Autres actualités sur le même thème