publicité
Document sans titre

Afficher toutes les thématiques

A la une

Lisez moi avec webReader     Newsletter                                           Toutes les actus de la spécialité     Inscription au flux RSS Santélog     Santélog sur Twitter

CANCER du POUMON : Connaître ses mutations génétiques en 72H

Actualité publiée il y a 8 jours

The Journal of Molecular Diagnostic

Près de 80% des patients atteints de cancer n'ont pas encore les données de mutations génétiques lors de leur consultation initiale chez l'oncologue et un patient sur 4 commencera son traitement avant de recevoir ses résultats. Un délai qui entrave la capacité de choisir la meilleure option de traitement, c’est-à-dire la mieux personnalisée. Un délai (...) (...)

MÉLANOME : Pourquoi le vitiligo améliore le pronostic   |   CANCER du SEIN : Plus de 9 heures de sommeil par nuit c’est un pronostic réduit de survie   |   ANTIBIOTIQUES : De l'attaque du microbiote aux lésions précancéreuses   |   MARBURG : Un anticancéreux efficace jusqu’à 5 jours après l'infection   |   OBÉSITÉ et CANCER : Pourquoi il faut perdre du poids   |   CANCER du SEIN : Le traitement, une question d’offre de soins autant que de protocole   |   CANCER : Les aléas de la réplication ADN y sont pour les 2 tiers   |   CONTRACEPTION : La pilule protège ou augmente le risque de certains cancers ?   |   MÉLANOME : SPOTme ! Parce que sa détection précoce est vitale   |   CANCER GASTRO : L'exercice aide pendant la chimio   |   OBÉSITÉ : C’est le cancer du foie qui guette les jeunes hommes en surpoids   |   CANCER: Un test sanguin de détection révolutionnaire   |   CANCER : Trouver les mots justes fait la solidité du couple   |   CANCER du SEIN : HRDetect, le modèle qui détecte les tumeurs BRCA déficientes   |   CANCER COLORECTAL : C’est le mode de vie qui fait le risque   |   CANCER du POUMON : Ces antioxydants qui réduisent le risque, chez les fumeurs aussi   |   CANCER de l’INTESTIN : Ces cellules souches quiescentes résistantes à la chimio   |   La VITAMINE B3 prévient la neuropathie périphérique induite par la chimio   |   Le RÉGIME MÉDITERRANÉEN contre le cancer du sein ?   |   CANCER du SEIN : Et si le soja prolongeait la survie prolongée   |   LEUCÉMIE : Et si les virus T-lymphotropes existaient depuis 40 millions d’années   |   MÉLANOME et PARKINSON : Le gène de la rousseur, un facteur de risque commun ?   |   ADIPOSITÉ et CANCERS : Le large éventail de cancers liés à l'embonpoint   |   MAMMOGRAPHIE : Meilleures techniques, meilleure détection, mais trop de biopsies   |   CANCER de la Peau : Un nouveau test de détection rapide et non invasif   |   CANCER du SEIN : L’exercice physique, la plus bénéfique des options pour la récupération   |   CANCER du SEIN : Pourquoi il faut éviter le docétaxel   |   CRISE CARDIAQUE: L’anticancéreux qui régénère le tissu cardiaque   |   CANCER du SEIN : Le tamoxifène, en cas de risque élevé, c’est aussi en prophylaxie   |   CANCER de l’ESTOMAC et de l’ŒSOPHAGE : Un test d’haleine pour les détecter   |  

Dernières actualités

MÉLANOME : Pourquoi le vitiligo améliore le pronostic

Science Immunology

Cette étude du Centre Médical Dartmouth-Hitchcock (Liban) décrypte le processus d'immunité contre le mélanome et explique pourquoi les patients atteints de mélanome qui développent le vitiligo, une maladie de peau auto-immune ont un bon pronostic. En cause des niveaux plus élevés d'un certain type de cellules T, boostés par le vitiligo. Des données (...)

CANCER du SEIN : Plus de 9 heures de sommeil par nuit c’est un pronostic réduit de survie

British Journal of Cancer

Le sommeil est non seulement un facteur de mode de vie essentiel, mais un signe vital. Ainsi, des changements dans le sommeil, comme une somnolence excessive sont des signes importants que les médecins doivent prendre pour aider leurs patients. Cette étude de la Harvard T.H. Chan School of Public Health associe ainsi une nuit de sommeil plus/trop longue à une survie réduite chez les patientes atteintes de cancer du (...)

ANTIBIOTIQUES : De l'attaque du microbiote aux lésions précancéreuses

Gut

On sait bien que les antibiotiques « attaquent » le microbiote intestinal, au point que l’on en donne à la souris, dans le cadre d’une étude, lorsqu’on souhaite la dépouiller de son microbiome intestinal. Cette étude américaine qui suggère que l’utilisation des antibiotiques à long terme est non seulement liée à des changements (...)