35228 membres inscrits Accès abonné revues  Aide   Newsletter    Me connecter
Les Communiqués
 
e-mail :  
mot de passe :
Inscription  |   Parrainage  |  Mot de passe oublié
 
CONNECT : Suivez-nous sur Facebook Suivez-nous sur Twitter SantelogTV Inscription au flux RSS Santélog
 
Rechercher dans les actualités santé log
Rechercher dans
Newsletter
Dico

ÉDUCATION du PATIENT: Plaidoyer pour des usagers mieux éclairés


Actualité publiée le 06-08-2012
IOM- Institute of Medicine

Est-il possible pour un système de santé de reformater ses services afin de mieux apprendre aux patients à mieux faire face à leurs problèmes de santé immédiats et à devenir des usagers de santé plus avisés à long terme? La réponse est oui, selon cette étude menée par des scientifiques de l'Université de Californie, San Francisco (UCSF) rapportée par l’Institut de Médecine (IOM) américain qui présente à l’issue d’une table ronde, 10 recommandations pour des patients mieux éclairés.

 Les chercheurs de l’UCSF, du San Francisco General Hospital font 10 propositions aux organisations sanitaires pour permettre aux usagers de mieux se repérer dans la masse d’information santé, mieux gérer leur propre santé et pour donner un vrai sens aux services santé. Aux Etats-Unis, expliquent les auteurs, 77 millions d’usagers ont des difficultés à comprendre l'information santé, aussi basique soit-elle, ce qui entrave leur capacité à suivre les recommandations des médecins ou à observer leurs traitements et des millions d'autres usagers n'ont tout simplement pas les compétences nécessaires pour rendre des décisions éclairées au sujet de leur propre santé.

Le Dr Dean Schillinger, professeur de médecine à l’UCSF et auteur principal de l’étude, explique que la moitié de la population (américaine) a des compétences insuffisantes en matière de santé. Dans ce rapport, son équipe s’est concentrée sur ce que les systèmes de santé pourraient faire pour améliorer la situation. L’IOM a réuni lors d’une table ronde des experts universitaires, des représentants de l’industrie, des politiques, des ONG, des associations de patients. De cette table ronde, est issu ce document qui examine les pratiques, les attitudes et les caractéristiques des organisations qui créent des environnements favorisant « une alphabétisation » en santé.

Cette éducation du patient en santé a déjà été reconnue comme essentielle dans de nombreuses études cliniques ces dernières années, ajoute Dean Schillinger. Cette connaissance est directement liée au bien-être des patients. Les patients aptes à mieux comprendre l'information santé font de meilleurs choix, gèrent mieux leurs problèmes de santé chroniques, et ont des résultats significativement meilleurs que ceux qui n’ont pas cette connaissance. Les patients à faible niveau d’éducation en santé trouvent extrêmement difficile de naviguer dans le système de soins et sont plus susceptibles de subir des taux plus élevés d'erreurs thérapeutiques, d’être hospitalisés et d’aller aux urgences, souffrent de lacunes dans leur prévention, ont un risque décès plus élevé, et de moins bons résultats de santé pour leurs enfants.

Un certain nombre d'organisations politiques ont reconnu que la culture publique santé est non seulement importante pour les individus, mais profite aussi à la société. L'autogestion permet la réduction des complications, les hospitalisations, les visites aux urgences et permet de réduire des dépenses de santé inutiles.

 

Les 10 recommandations du rapport :

·         Faire de l’éducation en santé une priorité à tous les niveaux de l'organisation,

·         mesurer les connaissances en santé et utiliser ces mesures pour guider les pratiques,

·         prendre en compte les besoins spécifiques des populations prises en charge,

·         éviter la stigmatisation des personnes qui n'ont pas cette culture santé,

·         offrir un accès facile à l'information santé et aider l’usager à se repérer,

·         diffuser cette information de base via tous supports, papier, audiovisuel, et médias sociaux,

·         prendre en compte le niveau de connaissance santé en lors des visites, prescriptions et situations à risque élevé en utilisant des techniques éprouvées d'enseignement,

·         former le personnel de santé dans les techniques de communication en santé,

·         inciter les patients à mieux connaître leur couverture santé et les actes qu’ils auront à prendre en charge par eux-mêmes.

Source: IOM June 2012 How Can Health Care Organizations Become More Health Literate?: Workshop Summary (Visuel IOM)

Accéder aux autres actualités sur l’Education du patient


Réagissez à cette actu sur Santé Blog

Cette actualité a été publiée le 06/08/2012 par P. Bernanose, D. de publication, avec la collaboration
de P. Pérochon, diététicien-nutritionniste, coordinateur éditorial.

Cette actualité est également disponible sur les espaces thématiques suivants :
Hôpital
Exercice professionnel
SHARE :
 
Consulter toutes nos actualités
publicités
 
ASTHME: Et si on essayait le yoga?
Actualité publiée il y a 10h43mn
ALIMENTATION: Ces phosphates de la viande qui nous font prendre de l’âge
Actualité publiée il y a 11h07mn
ESPÉRANCE de VIE: Travailler plus longtemps permet de vivre plus longtemps
Actualité publiée hier
COUPLE: Des relations sexuelles fréquentes conduisent-elles à une meilleure relation?
Actualité publiée il y a 11h05mn
PIED DIABÉTIQUE: Le nouveau traitement par injection qui réduit le risque d’amputation
Actualité publiée hier
VIEILLISSEMENT: Le gène de la rousseur, la nouvelle piste anti-âge
Actualité publiée hier
NANOTECHNOLOGIE: Un thermomètre 20.000 fois plus petit qu'un cheveu
Actualité publiée il y a 2 jours
BINGE DRINKING: Un coupe-circuit cérébral contre les excès
Actualité publiée il y a 2 jours
PUNAISES de LIT: Elles ont leurs préférences en matière de literie
Actualité publiée il y a 2 jours
POLLUTION et CANCERS: Les preuves s’accumulent contre les particules
Actualité publiée il y a 3 jours
DÉPRESSION: Ces nutraceutiques qui peuvent booster les antidépresseurs
Actualité publiée il y a 3 jours
CICATRISATION: Le polyphénol végétal qui accélère l'épithélialisation
Actualité publiée il y a 3 jours
FIBROMYALGIE: La musicothérapie rétablit une qualité de vie
Actualité publiée il y a 3 jours
DOULEUR: Le lien social nous apporte plus d’endorphines que la morphine
Actualité publiée il y a 3 jours
EXERCICE PHYSIQUE: Quelques minutes de pratique intense sont tout aussi bénéfiques
Actualité publiée il y a 4 jours
L'OBÉSITÉ INFANTILE sévère touche désormais plus de 4 millions de jeunes américains
Actualité publiée il y a 4 jours
Pas assez de SOMMEIL, trop de cholestérol!
Actualité publiée il y a 4 jours
CANCER: Des nanoparticules équipées pour désarmer la tumeur
Actualité publiée il y a 4 jours
GRIPPE: Un risque d’émergence d’une nouvelle souche porcine
Actualité publiée il y a 5 jours
ULCÈRE du PIED DIABÉTIQUE: Pourquoi l’attitude du patient est déterminante
Actualité publiée il y a 5 jours
GROSSESSE: L’embryon se défend tout seul contre ses cellules défectueuses
Actualité publiée il y a 5 jours
TRAUMA CÉRÉBRAL: L’évaluer par simple test sanguin
Actualité publiée il y a 5 jours
FRUCTOSE: Il modifie des centaines de gènes du cerveau
Actualité publiée il y a 7 jours
ASPIRINE: Au quotidien et à faible dose, finalement une panacée contre le cancer?
Actualité publiée il y a 9 jours
MODE DE VIE: Pourquoi tous les seniors devraient avoir un chien
Actualité publiée il y a 10 jours
SANTÉ MENTALE: Quelle efficacité de la pensée positive?
Actualité publiée il y a 12 jours
SEXUALITÉ: L'absence de perspectives entraîne des choix plus risqués
Actualité publiée il y a 9 jours
VITAMINE D: L’absence de carence tient le cancer à distance
Actualité publiée il y a 10 jours
Transplantation du MICROBIOTE FÉCAL: Elle altère le fonctionnement du cerveau
Actualité publiée il y a 6 jours
SOMMEIL: La première nuit, loin de chez lui, le cerveau reste en alerte
Actualité publiée il y a 6 jours
Consulter toutes nos actualités
 
 
  KauriWeb

Afficher toutes les thématiques