Vous recherchez une actualité
Actualités

ALCOOL: Le Baclofène admis au remboursement pour le traitement de l'alcoolo-dépendance

Actualité publiée il y a 4 années 6 mois 4 jours
Ministère de la Santé

Désormais, le baclofène est admis, par décret paru au J.O., au remboursement dans le cadre du traitement contre la dépendance à l'alcool. Ce remboursement qui fait suite à la RTU de mars dernier répond à une préoccupation majeure de santé publique. La France est ainsi le premier pays à reconnaître la réalité de l’utilisation de ce médicament, et son efficacité dans la lutte contre l’alcoolisme.

Cette décision fait suite à l'octroi, par l'Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) d'une recommandation d'utilisation temporaire (RTU) pour le baclofène, dans le traitement de l'alcoolo-dépendance. Le baclofène est un myorelaxant d'action centrale (décontractant musculaire), autorisé depuis 1975 dans d'autres indications, dans le traitement des contractures musculaires involontaires (spasticité) d'origine cérébrale ou survenant au cours d'affections neurologiques (sclérose en plaques, certaines maladies de la moelle épinière). Jusqu'à cette octroi de RTU, son utilisation, dans cette indication, bien que répandue, n'était ni reconnue ni encadrée. Ainsi, au cours de ces 10 dernières années, les ventes de baclofène étaient passées d'un million de boîtes en 2001 à 3 millions de boîtes en 2011. Plusieurs études avaient suggéré son efficacité dans cette nouvelle indication. Aujourd'hui, la RTU accompagnée d'un dispositif spécifique de suivi et de surveillance des patients, permet une utilisation plus sécurisée pour les médecins, comme pour les patients.


Grâce à l'arrêté pris par le Ministère de la Santé paru aujourd'hui, ce médicament est désormais remboursé dans le cadre des traitements contre la dépendance à l'alcool. Une avancée importante alors que la consommation d'alcool en France, bien qu'en baisse depuis une quarantaine d'années est quotidienne chez 15 % des Français, et a minima mensuelle chez 80 % des jeunes de 17 ans, avec un taux e pratique mensuel de 50% du binge drinking. En excès, l'alcool contribue à 14 % des décès chez les hommes et 3 % chez les femmes. C'est la seconde cause de mortalité prématurée en France. On estime enfin que 10 % des adultes sont « en difficulté » avec l'alcool.

Autres actualités sur le même thème

Pages