Vous recherchez une actualité
Actualités

AUTISME: Risque accru pour les enfants de femmes victimes de maltraitance

Actualité publiée il y a 5 années 8 mois 4 semaines
JAMA Psychiatry

C’est un tout nouveau facteur de risque d’autisme qui vient d’être identifié : Les femmes victimes de violence physique, psychologique ou sexuelle dans leur enfance sont plus susceptibles d'avoir un enfant atteint d'autisme que les femmes qui n'ont pas subi de maltraitance, conclut cette étude de la Harvard School of Public Health (HSPH). L’étude, à des sévices graves, associe même un risque triple de TSA pour l’enfant.

L'auteur principal, Andrea Roberts, chercheur à la HSPH envisage déjà de pousser les recherches pour comprendre comment l'autisme chez l'enfant peut être associé à l'expérience de la violence chez une femme à l'enfance. Son étude est la première à identifier et à explorer cette relation.


Même des violences modérées sur la mère ont un impact sur l'enfant : Son équipe a examiné les données de plus de 50.000 femmes inscrites à la Nurses' Health Study II et constate que, si les abus les plus graves qui touchent 2% des femmes victimes ont des effets multiplicateurs (x 3,5) sur le risque ultérieur pour l'enfant, même des violences évaluées comme modérées sur la mère -alors enfant-, ont un impact sur le risque d'autisme de ses futurs enfants. Ainsi les femmes victimes de violences classées dans la tranche supérieure des 25% les plus sévères, ce qui inclut également des niveaux plus modérés, s'avèrent 60% plus susceptibles d'avoir un enfant atteint d'autisme par rapport aux femmes qui n'a pas été victime de violence. Ces résultats suggèrent que la maltraitance, dans l'enfance est non seulement très dangereuse pour la victime directe, mais peut également augmenter le risque de troubles graves de génération suivante.

D'autres facteurs associés : Les chercheurs ont étudié 9 facteurs liés à la grossesse, pour évaluer lesquels, combinés à la maltraitance durant l'enfance, étaient liés à un risque plus élevé d'avoir un enfant atteint d'autisme. Le diabète gestationnel, la pré-éclampsie, le tabagisme avaient déjà été précédemment associés à un risque accru d'avoir un enfant atteint d'autisme. Les chercheurs constatent que les femmes victimes de violence ont, déjà, un risque plus élevé pour chacun des facteurs de risque examinés mais que ces facteurs n'interviennent que pour 7% de l'augmentation du risque d'avoir un enfant atteint d'autisme.

L'explication suggérée alors serait les effets durables des effets durables de la violence sur les systèmes biologiques des femmes, comme le système immunitaire et de réponse au stress, mais d'autres recherches sont nécessaires pour comprendre les mécanismes sous-jacents.

Une recherche qui suggère que si la maltraitance à l'enfance est associée à un grand nombre de problèmes de santé chez la victime, comme la dépression et l'anxiété, mais aussi l'obésité et les allergies respiratoires, ici ses effets traversent les générations.

Source: JAMA Psychiatry online first March 20, 2013 doi:10.1001/jamapsychiatry.2013.447

Association of maternal exposure to childhood abuse with elevated risk for autism in offspring

Accéder aux dernières actualités sur l'Autisme

Accéder au Dossier Vaincre l'autisme (1/5) de Santé log : Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier (Visuel ©Fotolia.com - Marzanna Syncerz)

Lire aussi : AUTISME: Une paternité tardive accroît le risque chez les petits-enfants -

AUTISME: Une paternité de plus en plus tardive responsable du nombre de cas? -

Autres actualités sur le même thème

Pages