Vous recherchez une actualité
Actualités

AVC: La ménopause précoce associée à un risque cardiaque accru

Actualité publiée il y a 7 années 3 semaines 5 jours
Menopause

C’est la conclusion de cette étude de la Johns Hopkins qui montre que les femmes qui entrent dans la ménopause précoce sont deux fois plus susceptibles de souffrir de maladies coronariennes et d'AVC. Cela quelle que soit l’origine ethnique. Ces résultats, publiés dans l’édition d’octobre de la revue Menopause font apparaître cette entrée précoce dans la ménopause comme un facteur de risque à part entière, indépendants des facteurs cardiovasculaires plus traditionnels.

«Si les médecins savent qu'une patiente est entrée dans la ménopause avant son 46e anniversaire, ils doivent être très vigilants dans leurs recommandations de prévention du risque cardiaque», conclut le Pr Dhananjay Vaidya, professeur adjoint de médecine interne générale à l'Université Johns Hopkins et auteur principal de l'étude. «Nos résultats suggèrent qu'il est également important, si possible, d'éviter une ménopause précoce ». Sa recherche montre, en particulier que les femmes fumeuses atteignent la ménopause, en moyenne, 2 ans plus tôt ; cesser de fumer pourrait donc contribuer à retarder la ménopause.


28% des participantes rapportent une ménopause précoce avant l'âge de 46 ans : L'équipe a examiné les données de 2.509 femmes âgées de 45 à 84 ans, suivies durant 6 ans, participant à une étude multi-ethnique sur l'athérosclérose. Parmi ces femmes, 28% ont rapporté une ménopause précoce avant l'âge de 46 ans. Le risque de crise cardiaque et d'accident vasculaire cérébral est doublé dans ce groupe, même si le nombre réel d'événements cardiaques enregistrés est, dans cette étude, de petite taille.

Le risque cardiaque est double chez ces femmes : Ces conclusions concernant les effets négatifs de la ménopause précoce s'avèrent similaires, quel que soit le parcours naturel ou chirurgical, qui mène à la ménopause. Ainsi, les femmes qui subissent une hystérectomie vivent la plupart du temps une ménopause précoce et l'auteur souligne qu'il pourrait être préférable d'éviter, encore une fois si possible, l'ablation des ovaires pour protéger ces patientes contre les maladies cardiaques et les AVC.

Des études antérieures ont montré un lien entre ménopause précoce et maladie cardiaque et AVC chez des femmes de race blanche, mais cette associations n'avait pas encore été démontrée chez les femmes hispaniques et afro-américaines, qui ont tendance, en moyenne, et précisent les auteurs, à entrer dans la ménopause un peu plus tôt que les femmes d'origine européenne.

Gérer aussi les facteurs de risque cardiaque chez les jeunes femmes : La ménopause est un événement naturel intervient chez la plupart des femmes entre les âges de 45 et 55 ans, et cet âge d'entrée dans la ménopause est influencé par toute une combinaison de facteurs, notamment héréditaires ou de mode de vie, comme le tabagisme, le régime alimentaire et l'exercice. Le traitement hormonal substitutif (THS), majoritairement abandonné, a également déjà bien montré son impact sur l'augmentation du risque de crise cardiaque chez certaines femmes. Quant au processus de développement des maladies cardiovasculaires, il commence très tôt dans la vie, même si les événements eux-mêmes surviennent plus tard dans la vie, c'est pourquoi la gestion des facteurs de risque chez les femmes, dès la jeunesse, dont la prise en compte et la réduction du risque de ménopause précoce, autant que possible est primordiale. Concluent les auteurs.

Autres actualités sur le même thème