Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCERS: Le “Na-Nose”, un test de l'haleine pour détecter la maladie

Actualité publiée il y a 8 années 5 mois 4 semaines
British Journal of Cancer

Le “Na-Nose” est une option innovante et à fort potentiel, même si de nombreuses années seront nécessaires pour mettre au point, en pratique clinique, ce test ou nez électronique et à échelle “Na”-nométrique capable de détecter des changements chimiques microscopiques émis par le souffle de patients atteints de tumeurs de la tête et du cou. Cette étude israélienne a été publiée dans l’édition du 19 avril du British Journal of Cancer.

Cette petite étude a examiné des échantillons d'haleine de 62 personnes utilisant le Na-Nose, dont 16 avaient un cancer de la tête et du cou, 20 avaient un cancer du poumon et 26 étaient en bonne santé. Le test s'avère en mesure de faire la distinction entre ces patients en déterminant la présence et les concentrations de certaines substances chimiques dans les échantillons d'haleine. Seules deux personnes en bonne santé ont été faussement désignées comme atteintes de cancer de la tête et du cou.


Cette étude a donc donné des résultats prometteurs, mais qui devront être confirmés sur des échantillons de patients beaucoup plus larges et représentatifs des différents types et stades de cancers de la tête et du cou. Si ces résultats sont confirmés, le Na-Nose devra également être testé par rapport aux normes de tests existants pour évaluer ses avantages et ses risques potentiels, en particulier de faux positifs.

Un test non invasif de l'haleine pour divers cancers est une option intéressante, en particulier pour les cancers qui sont difficiles à détecter par d'autres moyens. Ces chercheurs de l'Institut israélien de technologie on mené cette étude transversale, avec un dispositif appelé nez artificiel ou Na-Nose, Na signifiant nanométrique. Le Na-Nose utilise des capteurs de nanoparticules d'or qui peuvent détecter et séparer différentes odeurs, même à des concentrations très faibles. Ce dispositif a déjà été testé pour sa capacité à détecter d'autres cancers (sein, poumon, côlon et cancer de la prostate).

Le cancer de la tête et du cou peut atteindre différents tissus dont les os, les tissus mous, les glandes salivaires, la peau et les muqueuses. Les chercheurs rapportent que ce type de cancer est le huitième le plus répandu dans le monde, qu'il est souvent diagnostiquée tardivement car il manque de symptômes spécifiques et qu'il n'existe pas de méthodes de dépistage disponibles. Ainsi, moins de la moitié des patients touchés peuvent parvenir à une guérison globale et nombreux parmi eux sont ceux qui développent un deuxième cancer primaire tel que le cancer du poumon.

Les chercheurs ont prélevé des échantillons d'haleine dans les mêmes conditions pour tous les participants. L'air inhalé a été filtré pour éliminer toutes les particules ou les composés organiques volatils en utilisant un embout buccal. Les échantillons ont été prélevés d'une manière qui a permis la collecte de l'air qui avait été dans les alvéoles. 62 échantillons d'haleine ont ainsi été testés à l'aide de du Na-Nose. Le Na-Nose a correctement identifié 24 des 26 sujets sains (deux ont été identifiés à tort). Les 16 personnes atteintes ont été correctement identifiées, de même que les 20 personnes atteintes du cancer du poumon.

Ce résultat pourrait conduire à terme à l'élaboration d'un test de dépistage rapide et fiable et à bon rapport coût-efficacité.