Vous recherchez une actualité
Actualités

Ce que Facebook va changer dans votre CERVEAU

Actualité publiée il y a 7 années 7 mois 4 jours
Proceedings of the Royal Society B (Biological sciences)

On a déjà traité le sujet de la Facebook depression, aujourd’hui, il s’agit de savoir si les utilisateurs de Facebook développent dans leur cerveau un câblage neuronal particulier pour être mieux connecté avec les autres? Ces chercheurs confirment bien une association entre le nombre de contacts Facebook, le nombre de relations dans le monde réel et la quantité de matière grise dans les régions du cerveau associées à la perception sociale et à la mémoire. Des conclusions étonnantes, publiées dans l’édition du 19 octobre des Comptes-rendus de la Société des sciences biologiques, mais qui trouvent peu d’implication pratique dans la vie quotidienne.

Cette étude originale, menée par des chercheurs de l'University College de Londres, de la Barts & London School of Medicine & Dentistry et de l'Université d'Aarhus au Danemark a examiné les associations entre l'ampleur des réseaux sociaux d'une personne, la taille de son réseau social dans le monde réel et la structure des régions de son cerveau.


L'étude menée sur 165 étudiants a donc mesuré la taille du réseau des participants et la structure de leur cerveau par IRM dans le même temps. La théorie des chercheurs était que la taille du réseau d'une personne sur Facebook serait reflétée dans la structure des régions du cerveau impliquées dans le comportement social et pouvait également être associée à la taille de leur réseau social dans le monde réel.

Les chercheurs aboutissent à ces résultats :

· une corrélation positive significative entre la taille des réseaux Facebook des participants et la densité de matière grise dans trois régions spécifiques du cerveau (gyrus temporal moyen gauche, sillon temporal droit et cortex entorhinal droit). Plus le réseau Facebook est important, plus la densité de la matière grise dans ces régions est élevée.

· une faible association entre la taille du réseau en ligne et la taille de l'amygdale du cerveau.

· une association positive entre la taille du réseau social en ligne et la taille du réseau social dans le monde réel (sur le nombre de personnes dans le répertoire, le nombre des amis invités à une fête, le nombre d'amis hors milieu scolaire, le nombre d'amis joints par SMS à l'occasion d'un événement, nombre d'amis sollicités pour une faveur…)

· la taille du réseau social dans le monde réel a été positivement associé à la taille de l'amygdale droite.

Les chercheurs concluent que les trois structures cérébrales sont positivement associées à la taille du réseau social en ligne, et que l'amygdale droite (Visuel ci-contre (en rouge)) est associée spécifiquement à la taille du réseau dans le monde réel.

Source: Proceedings of the Royal Society B (Biological sciences) 2011, October 19, 2011, doi: 10.1098/rspb.2011.1959 Online social network size is reflected in human brain structure. (Visuel amygdala NIMH, vignette NHS)

Lire aussi: ADOS et MÉDIAS SOCIAUX: Sexting, cyberintimidation et Facebook depression -


Interstitiel resposorb

Autres actualités sur le même thème

Pages