Vous recherchez une actualité

Actualités

CIRCUIT de la RÉCOMPENSE: Privé de sexe, il sombre dans l'alcool

Actualité publiée il y a 6 années 7 mois 1 semaine
Science

Selon cette étude publiée dans l’édition du 16 mars de la revue Science, ces mâles se tournent vers l'alcool pour compenser un besoin physiologique non satisfait : Il s’agit de sexe et des mécanismes moléculaires et génétiques qui contrôlent le besoin de récompense et les compensent par exemple par l'abus de drogues ou d'alcool. Ici, il s’agit de mouches drosophiles mâles, mais ces conclusions pourraient bien nous éclairer sur la nature humaine.

Troy Zars, professeur agrégé de sciences biologiques et expert en neurologie, lauréat de la prestigieuse bourse « Alexander von Humboldt Post-doctoral Fellowship » est le premier à avoir compris pourquoi ces mouches mâles trouvent leur réconfort dans l'éthanol.


Le chercheur montre qu'après avoir été privé de sexe, les drosophiles mâles ou Drosophila melanogaster, peuvent se tourner vers l'alcool pour répondre à leur besoin physiologique de récompense : « L'identification de ces mécanismes moléculaires et génétiques qui contrôlent la demande de récompense chez les mouches pourrait faire avancer notre compréhension des mécanisme de compensation chez l'Homme », précise le chercheur, rappelant que de précédentes études ont déjà identifié des similitudes entre les voies de signalisation des mouches et des mammifères».

Sexe ou alcool ? Des drosophiles mâles qui ont déjà fécondé pendant plusieurs jours ne montrent aucune appétence pour l'alcool. D'autre part, des mâles privés d'accès aux femelles vont volontiers vers une alimentation alcoolisée comportant 15% d'alcool. Les chercheurs suggèrent que l'alcool satisfait le désir de récompense ces mouches.

Une question de niveaux de neuropeptides : Le système de récompense du cerveau renforce les comportements nécessaires à la survie des espèces, dont le sexe, l'alimentation et l'interaction sociale, expliquent les auteurs. La consommation de drogues contente toutes ces voies de signalisation nerveuses, ce qui entraîner la dépendance. En utilisant la mouche pour étudier la relation entre récompenses naturelles et drogues, les chercheurs montrent que,

· les niveaux de neuropeptide F (FNP) (un certain type de peptide sécrété par un neurone) augmentent, avec l'augmentation de l'accouplement ou de l'activité sexuelle et diminuent avec la privation sexuelle.

· L'activation ou l'inhibition du système des neuropeptides FNP réduit de la même manière ou augmente le désir ou la préférence pour l'éthanol.

· L'activation des FNP est en elle-même gratifiante et réduit la capacité de l'éthanol à agir comme une récompense.

Ces résultats confirment le lien entre l'activité sexuelle, l'activité du système des FNP, et la consommation d'éthanol ou d'alcool et apportent un nouvel éclairage sur le fonctionnement du circuit de la récompense.

Autres actualités sur le même thème

Pages