Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉPIGMENTATION de la peau: Les pièges de la blancheur

Actualité publiée il y a 8 années 3 semaines 1 jour
Afssaps

Crèmes, gels, laits corporels ou savons éclaircissants, ils sont appliqués sur tout le corps seuls ou en association, une ou plusieurs fois par jour, le plus souvent pendant des années. Infections, acné, vergetures, atrophie, troubles de la pigmentation mais aussi diabète, hypertension artérielle, complications rénales et neurologiques, effets sur l’enfant à naître sont fréquemment le prix à payer. L’Agence Française de Sécurité Sanitaire des Produits de Santé (Afssaps) et la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DGCCRF) mettent en garde sur le piège de la blancheur de peau et l’ensemble des risques liés aux pratiques de dépigmentation volontaire (ou d’éclaircissement) de la peau. Dans ce contexte, l’Afssaps lance une campagne d’information auprès du public.

La pratique de la dépigmentation volontaire, appelée « xeesal » ou « leeral » ou encore « maquillage », repose sur l'usage de médicaments ou de préparations magistrales à fort potentiel éclaircissant détournés de leur indication médicale, de contrefaçons de médicaments ou de produits éclaircissants illicites, contenant le plus souvent des dermocorticoïdes d'activité très forte, de l'hydroquinone, voire des dérivés contenant du mercure. L'incorporation de ces substances est interdite dans les produits cosmétiques éclaircissants de la peau.


Ces produits exposent les utilisateurs à des risques pour leur santé. Il s'agit, dans la majorité des cas, de maladies de la peau (infections, acné, vergetures, atrophie, troubles de la pigmentation, etc.). Ces pratiques peuvent également être à l'origine d'un risque accru notamment de diabète et d'hypertension artérielle, de complications rénales et neurologiques. Enfin, cela expose l'enfant à des risques toxiques en cas d'utilisation chez la femme enceinte ou allaitante.

L'Afssaps et la DGCCRF ont procédé à une campagne nationale de contrôle du marché de ces produits en 2009 et en 2010. Les analyses effectuées sur plus de 160 produits ont mis en évidence des proportions élevées de produits non conformes à la réglementation des produits cosmétiques et dangereux pour la santé en raison de la présence de substances interdites : environ 30 % en 2009 et 40 % en 2010.

Ne pas avoir recours à la dépigmentation volontaire de la peau qui peut nuire gravement à la santé, c'est donc aujourd'hui la recommandation de l'Agence sanitaire. Consulter un médecin notamment en cas de survenue d'effets indésirables, éviter tout particulièrement l'utilisation de produits comportant de l'hydroquinone, des corticoïdes et/ou de dérivés mercuriels est également fortement conseillé. D'une manière générale, il est dangereux d'utiliser des médicaments et des préparations réalisées par un pharmacien en dehors des prescriptions médicales délivrées pour le traitement d'une maladie de la peau, rappelle l'Afssaps.

Dans ce cadre, l'Afssaps lance une campagne nationale d'information sur les risques liés à l'utilisation de ces produits.

Autres actualités sur le même thème