Vous recherchez une actualité
Actualités

GRIPPE: Découverte d'un nouveau virus unique, chez des chauves-souris

Actualité publiée il y a 6 années 9 mois 3 semaines
PNAS

Grippe aviaire, grippe porcine et peut-être grippe chauve-souris ou bat-flu ? Car ces scientifiques des Centers for Disease Control and Prevention de l’antenne du Guatemala viennent d’identifier une toute nouvelle souche du virus de la grippe, qui, si elle fusionnait avec d’autres virus existants, pourrait représenter un risque pour l’Homme. Ces résultats, publiés dans l’édition du 27 février des Comptes-rendus de l’Académie des Sciences américaine, PNAS, rappellent la nécessité d’une surveillance rapprochée des virus de la grippe chez des hôtes animaux.

Il s'agit d'un virus de type A identifié chez des chauves-souris frugivores capturées au Guatemala, lors d'une étude portant au départ sur la rage. Les chercheurs avaient capturé 316 chauves-souris de 16 espèces différentes d'Amérique latine. Les chercheurs ont d'abord testé, pour le virus de la grippe, des prélèvements de tissus de la bouche des chauves-souris, du foie, des intestins, des poumons et des reins. Le virus a été identifié chez 3 chauves-souris d'une espèce particulière, appelée « Petite chauve-souris à ailettes jaunes » (ou little yellow-shouldered bats) une espèce qu'on trouve également en Europe.


Après analyse génétique de ce virus, les scientifiques constatent la présence de segments significativement différents de ceux identifiés dans les virus déjà connus de la grippe A. Les différences sont identifiées dans une séquence spécifique qui code pour la protéine hémagglutinine et, pour l'une des 3 chauves-souris, sur le matériel génétique codant pour la neuraminidase. Cette dernière séquence présente des différences remarquables, précisent les chercheurs, par rapport aux virus connus de la grippe.

Actif sur des cellules pulmonaires en laboratoire : Certaines composantes de ce nouveau virus agissent sur des cellules pulmonaires en laboratoire, ce mécanisme suggérant que ce bat-virus a le potentiel de se mélanger avec le virus de la grippe humaine. Les scientifiques font donc l'hypothèse que ce nouveau virus pourrait, « dans de rares circonstances », conduire au développement d'une nouvelle souche de grippe susceptible de provoquer une pandémie, comme la grippe aviaire ou la grippe porcine.

Non cultivable : Les scientifiques ont néanmoins échoué à cultiver le bat-virus sur des œufs de poule ou des cellules humaines, ce qui est possible avec les souches de grippe existantes. Le risque d'infection pour les humains serait donc faible. Toutefois, les chercheurs rappellent que certaines souches de grippe d'origine animale ont le potentiel d'échanger du matériel génétique avec les souches humaines et de créer une nouvelle souche de virus capable d'infecter l'homme.

Un virus compatible pour l'échange génétique : Les chercheurs concluent qu'en dépit de ses différences vs les virus A connus, le bat-virus est théoriquement compatible pour l'échange génétique avec des virus de la grippe humaine dans les cellules humaines. Ce nouveau virus a donc le potentiel même faible de mélanger son matériel génétique avec des virus existants et représente une menace pour la santé humaine. Alors que ce risque est extrêmement faible, il rappelle l'exigence d'une surveillance et d'une détection précoce des virus de la grippe chez les hôtes animaux avant …qu'ils puissent se propager aux humains.

Source: PNAS, Published online before print February 27, 2012 doi: 10.1073/pnas.1116200109 A distinct lineage of influenza A virus from bats (Visuel CDC: Attention: H1N1)

Lire aussi: GRIPPE: Le porc, un réservoir capable de recombiner virus aviaire et humain?

Recherches H5N1: Retarder leur publication pour mieux rassurer

Recherches H5N1: Le virus est dangereux, il faut agir, alertent les Microbiologistes

Supervirus H5N1: Publier les études? Un risque d'une ampleur exceptionnelle!

Autres actualités sur le même thème

Pages