Vous recherchez une actualité
Actualités

INFARCTUS: La greffe de cellules cardiaques supprime aussi les arythmies

Actualité publiée il y a 7 années 1 mois 2 semaines
Nature

Dans cette étude de l'Université de Washington sur l’animal, la greffe de cellules du muscle cardiaque obtenues à partir de cellules souches embryonnaires, est parvenue à supprimer les arythmies après une crise cardiaque. Les cellules cardiaques transplantées, cultivées à partir de cellules souches se mettent en phase et battent de manière synchrone avec le propre muscle du cœur. Une avancée majeure dans la réparation des cœurs endommagés, relayée dans l’édition du 5 août de la revue Nature, puisque ces greffes ont également réduit l'incidence des arythmies sur ce modèle porcin d'infarctus du myocarde.

L'auteur principal, le Dr Michael Laflamme, explique: « Ces résultats fournissent des preuves solides que les greffes de cellules musculaires répondent aux critères physiologiques nécessaires à la réparation du cœur. Cela va dans le sens de la poursuite du développement des thérapies à base de cellules souches cardiaques ».


Pendant l'infarctus du myocarde, le flux de sang riche en oxygène vers le muscle cardiaque est interrompu par la formation d'un caillot, entraînant la mort du muscle cardiaque et son éventuel remplacement par du tissu cicatriciel. Cela peut également causer des problèmes mécaniques avec le remplissage et la vidange du cœur et interférer avec les signaux électriques qui rythment les battements du cœur.

Une réduction significative des troubles du rythme : Dans cette étude, les porcs ont subi une blessure au ventricule gauche qui a laissé une cicatrice et un ventricule affaibli, avec une capacité de pompage réduite et une plus grande susceptibilité aux arythmies. Ces cœurs blessés ont reçu des greffes cardiaques de cellules cardiaques musculaires humaines et ont montré une réparation partielle du muscle du ventricule meurtri. Les tests montrent que les cœurs blessés et greffés non seulement présentent une fonction mécanique restaurée mais aussi une réduction significative des troubles du rythme (arythmie).

« S'il a déjà été démontré que la transplantation de cellules du muscle cardiaque dérivées de cellules souches embryonnaires améliore la capacité de pompage des cœurs blessés », explique le Dr Michael Laflamme, professeur de pathologie à l'Université de Washington, « ici, nous montrons que la greffe permet aussi de réduire l'incidence des arythmies ». Des résultats importants puisque les arythmies sont une des causes majeures de décès chez les patients victimes de crise cardiaque.

Autres actualités sur le même thème