Vous recherchez une actualité
Actualités

La RÉDUCTION MAMMAIRE a aussi ses risques, surtout après 50 ans

Actualité publiée il y a 7 années 10 mois 3 semaines
Plastic and Reconstructive Surgery

Surtout après 50 ans ou en cas de carences hormonales. Car les complications après une chirurgie de réduction mammaire, comme des infections, sont fréquentes chez les femmes âgées de 50 ans, rapporte cette étude publiée dans le numéro de décembre de Plastic and Reconstructive Surgery®, la revue officielle de l’American Society of Plastic Surgeons (ASPS).

Ce taux de complications accru chez les femmes âgées est lié aux changements hormonaux liés à l'âge et à la ménopause, selon le Dr. Michele Shermak A, chirurgien du Johns Hopkins Medical (Baltimore).


Ces chercheurs ont évalué 1.192 femmes qui ont subi une chirurgie de réduction mammaire de 1999 à 2009 puis évalué les taux et les types de complications dans 3 groupes d'âge différents: moins de 40 ans, 40 à 50 ans, et plus de 50 ans. Cette plastie mammaire ou réduction mammaire fait partie des procédures de chirurgie plastique du sein les plus couramment pratiquées. C'est une technique très efficace pour soulager les symptômes liés à des seins trop importants, tels que le mal de dos, des épaules et du cou ou les problèmes de posture.

Risques d'infection, problèmes de cicatrisation et réintervention: Les résultats suggèrent que les femmes de plus de 50 présentent un risque de 2,7 fois plus élevé par rapport aux femmes de moins de 40 ans. L'augmentation des infections commence dans la quarantaine, quand les niveaux d'hormones commencent à diminuer. Ainsi, les infections s'avèrent moins fréquentes chez les femmes qui utilisent un traitement hormonal substitutif, en revanche, le taux d'infection est élevé chez les femmes qui ont subi une hystérectomie ou une ablation des ovaires, des interventions qui conduisent à de fortes baisses des niveaux d'hormones. Les femmes de plus de 50 ans ont également tendance à avoir un taux plus élevé de problèmes de cicatrisation de la plaie, ce qui conduit à un taux plus élevé de ré-interventions pour éliminer les zones de peau morte, appelée débridement.

D'autres facteurs de risque à part l'âge: La baisse des niveaux hormonaux pourrait expliquer ce risque accru. Des études précédentes ont identifié plusieurs facteurs de risque de complications après une chirurgie de réduction mammaire, dont l'obésité, le tabagisme et une réduction mammaire trop importante.

Ces résultats suggèrent que l'âge peut agir comme un « facteur de confusion» dans l'évaluation du risque de complications après une chirurgie de réduction mammaire, surtout chez les femmes de plus de 50 ans et justifient une attention particulière au statut hormonal. Les auteurs recommandent aux chirurgiens plasticiens d'interroger les femmes qui envisagent une réduction mammaire sur les facteurs possibles de carence hormonale. Ils suggèrent également un intérêt, dans ce cas, pour un traitement hormonal substitutif.

Source: Plastic & Reconstructive Surgery. 128(6):1182-1187, December 2011.doi: 10.1097/PRS.0b013e318230c467 Increasing Age Impairs Outcomes in Breast Reduction Surgery

Lire aussi:

IMPLANTS MAMMAIRES: Lymphome et PIP, le faux débat

IMPLANTS MAMMAIRES: Ce que les femmes devraient savoir, avant l'intervention

IMPLANTS MAMMAIRES: Le risque de lymphome existe, quel que soit le type d'implant -

Autres actualités sur le même thème