Vous recherchez une actualité
Actualités

L'abus d'ALCOOL modifie durablement les neurones

Actualité publiée il y a 6 années 8 mois 3 semaines
Current Biology

Les larves de mouche alcooliques ont besoin « d’un verre » pour pouvoir apprendre, selon cette étude qui apporte la première preuve de la capacité de l'éthanol à modifier le comportement au niveau du neurone. Après tout, expliquent les chercheurs de l’Université du Texas, les mouches et les humains partagent de nombreuses caractéristiques au niveau des neurones et suggèrent ainsi l’hypothèse que chez l’Homme aussi, l'abus d'alcool peut produire des changements durables dans le cerveau, même après arrêt de l'abus d'alcool. Des conclusions publiées dans l’édition du 29 novembre de la revue Current Biology. Après 6 jours de vie « sous alcool », ces larves de mouches ont besoin d’alcool pour apprendre normalement. L’étude montre que la tolérance fonctionnelle à l’éthanol est permise par des adaptations successives qui compensent peu à peu ses effets et ces adaptations font que le système nerveux fonctionne normalement en présence d’éthanol. Privé d’éthanol, ces adaptations du système nerveux persistent, créant un état « anormal » qui se manifeste par des symptômes de sevrage.

Avec l'alcool, leur déficit d'apprentissage est effacé: Brooks Robinson de l'Université du Texas (Austin) montre également que l'expérience humaine de l'alcoolisme peut être explorée dans le cadre d'études menées chez la drosophile et d'autres animaux. Son équipe constate, sur une tâche simple, que la consommation d'alcool, à un niveau équivalent à une intoxication modérée chez l'homme, entrave d'abord l'apprentissage chez des larves de mouches puis qu'elles ont besoin d'alcool pour reprendre un apprentissage normal. C'est la première preuve de la dépendance cognitive à l'éthanol chez un invertébré concluent les auteurs en ajoutant que les neurones des mouches et des humains partagent beaucoup de caractéristiques similaires.

Autres actualités sur le même thème