Vous recherchez une actualité
Actualités

MALADIES PARASITAIRES: Une app mobile pour les détecter et les traiter

Actualité publiée il y a 5 années 3 mois 3 jours
Nature Communications

Un smartphone relié à un système vidéo microscopique, une goutte de sang, et quelques minutes pour obtenir une évaluation de la concentration du parasite dans le sang, c’est l’innovation rapportée dans la revue Nature Communications. Si les premiers résultats prometteurs de ce dispositif étaient confirmés, cette application pourrait permettre de mieux traiter, de manière plus personnalisée, les millions de personnes touchées par les maladies parasitaires dans le monde.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Dans certaines régions d'Afrique, 2 maladies tropicales négligées et parasitaires, la cécité des rivières et l'éléphantiasis touchent des millions de personnes. · L'éléphantiasis, ou filariose lymphatique, est une infection, souvent à l'enfance, par les parasites filaires transmis par des moustiques. La maladie est caractérisée par un œdème très volumineux du derme. Selon l'OMS, plus de 120 millions de personnes sont actuellement infectées, et environ 40 millions d'entre elles souffrent de difformités et sont handicapées par la maladie. · La cécité des rivières ou onchocercose est une maladie des yeux et de la peau causée par un vers filaire transmis par la piqûre de petites mouches noires (qui se reproduisent dans les rivières). La maladie. L'OMS précise que dans certaines communautés d'Afrique, jusqu'à 50% des hommes de plus de 40 ans sont aveugles en raison de la maladie. Il existe un traitement, l'ivermectine mais qui n'est pas sans effets secondaires dont mortels. En particulier, chez un patient présentant un grand nombre de vers microscopiques Loa loa dans le sang, le traitement par l'ivermectine peut conduire à sévères dommages au cerveau.


Ce nouveau dispositif est l'oeuvre de la collaboration de chercheurs de l'Université de Californie, du National Institute of Allergy and Infectious Diseases (NIAID/NIH), de l'Université de Yaoundé (Cameroun) et de l'Université de Montpellier. Le dispositif est composé d'un iPhone relié à une lentille microscope vidéo, permet, avec un minimum de formation de mesurer rapidement les niveaux du parasite Loa Loa dans une goutte du sang d'un patient. L'étude, menée sur 33 participants, révèle que le dispositif apporte une mesure similaire à celle de tests de laboratoire plus fastidieux et plus coûteux effectués par des techniciens qualifiés. De plus, il suffit d'une minute pour piquer le doigt et charger le sang sur le capillaire, et l'ensemble du processus jusqu'à l'affichage des résultats prend 2 minutes maximum, à partir du moment où l'échantillon est inséré dans le téléphone. Précisément, le dispositif montre,

· 100% de sensibilité : pour identifier les patients présentant un nombre de ver excluant le traitement par ivermectine,

· 94% de spécificité : pour identifier les patients présentant un nombre de ver induisant le traitement par ivermectine.

Certes de plus grandes études sont nécessaires pour confirmer la précision de la technique, mais les implications, en cas de confirmation, sont énormes sur le terrain. De plus, soulignent les chercheurs, le dispositif pourrait également être utilisé pour détecter d'autres parasites.

Source: Science Translational Medicine May 6 2015 DOI: 10.1126/scitranslmed.aaa3480 Point-of-care quantification of blood-borne filarial parasites with a mobile phone microscope (VisuelOMS@ © Sean Hawkey)

Autres études sur la Cécité des rivières

Autres actualités sur le même thème