Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: Calculer le risque dès la naissance, c'est possible!

Actualité publiée il y a 7 années 8 mois 1 semaine
PLoS ONE

Avec cette calculatrice du risque d’obésité à la naissance, les 20% de nouveau-nés identifiés comme à risque élevé d’obésité à la naissance représenteraient 80% des enfants obèses, plus tard dans l’enfance. Une formule toute simple, pour prédire le risque d’obésité infantile dès la naissance, basée sur une pondération des principaux facteurs de risques, c’est ce que proposent ces chercheurs de l’Imperial College de Londres dans l’édition du 28 novembre de la revue PLoS ONE.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

C'est une sorte de calculatrice en ligne qui va estimer le risque d'obésité de l'enfant en fonction de son poids de naissance, l'indice de masse corporelle (IMC) des parents, le nombre de personnes dans le foyer, le statut professionnel de la mère et son statut tabagique pendant la grossesse. Si l'on peut penser que le système qui repose sur une pondération des principaux facteurs de risque, au niveau épidémiologique n'est pas totalement précis au niveau individuel, il pourrait permettre, sans nul doute d'identifier les enfants à risque élevé et de mettre en place une surveillance accrue au niveau de ces familles. Pouvoir détecter les enfants à risque d'obésité c'est aussi pouvoir réduire les comorbidités de l'obésité plus tard dans la vie, rappellent les auteurs, comme le diabète de type 2, les maladies cardiaques et circulatoires, et le fardeau financier associé.


Alors qu'environ un cas d'obésité sur 10 est lié à des mutations génétiques qui affectent la régulation de l'appétit, les chercheurs avaient fait une première tentative d'outil de prédiction à partir de données génétiques mais sans obtenir de résultats concluants. En se reportant sur des informations non génétiques facilement accessibles au moment de la naissance, ils démontrent la fiabilité de leur système, validé sur des cohortes finlandaise, italienne et américaine.

Un test rapide et qui ne coûte rien, relève le professeur Philippe Froguel, de la School of Public Health de l'Imperial College de Londres : Toutes les données utilisées portent sur des facteurs de risque bien connus de l'obésité infantile, mais c'est la première fois qu'ils sont utilisés dans un objectif de détection du risque. Selon les tests effectués sur les 3 cohortes, les 20% d'enfants identifiés comme à risque élevé d'obésité à la naissance représentent 80% des enfants obèses (Voir tableau ci-contre).

Prévenir plutôt que devoir perdre du poids : «Une fois l'obésité infantile installée, il est plus difficile de perdre du poids. La prévention est la meilleure stratégie et doit commencer le plus tôt possible », confirme le professeur Philippe Froguel, mentionnant l'inefficacité globale des campagnes de prévention chez les enfants d'âge scolaire. Enseigner aux parents les dangers de la suralimentation et des mauvaises habitudes alimentaires serait beaucoup plus efficace.

Source: PLoS ONE 28 November 2012 Estimation of newborn risk for child or adolescent obesity: lessons from longitudinal birth cohorts et The obesity risk calculator (Visuel © Vasina Nazarenko - Fotolia.com)

Accéder à nos dossiers- Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Obésité de l'enfant (1/6)
Troubles du comportement alimentaire

Autres actualités sur le même thème