Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ de naissance: Faut-il aller jusqu'à traiter les bébés in utero?

Actualité publiée il y a 6 années 8 mois 2 semaines
NHS

Cette étude toujours en cours nous est rapportée par le National Health Service britannique. Curieuse étude pourrait-on penser, qui veut savoir si donner de la metformine, un médicament contre le diabète, aux femmes enceintes atteintes d’obésité, peut réduire le risque d’obésité ou de surpoids de leur bébé. Car faut-il aller jusqu’à traiter les bébés in utero contre l’obésité ? Mères en surpoids, pas besoin de paniquer, répond le NHS.

Les femmes obèses ont tendance à avoir une moins bonne maîtrise de leur glycémie, rappellent les auteurs. Exposé à un excès de sucre sanguin dans l'utérus, les bébés peuvent naître avec un excès de poids à la naissance, associé à un risque de difficultés pendant l'accouchement et de maladie plus tard dans la vie. La metformine est déjà utilisée pour aider certaines femmes enceintes à contrôler leur glycémie et prévenir les complications. D'une manière générale, elle agit en réduisant les niveaux de glucose dans le sang en réduisant la quantité de sucre produite par le foie, en aidant les cellules de l'organisme à utiliser l'insuline produite par le pancréas et en réduit la quantité de glucose absorbé par les intestins.


L'étude en question a débuté en 2010 et se poursuivra jusqu'en 2014. Elle part du constat que les femmes obèses pendant la grossesse ont un risque plus élevé de complications dont le diabète gestationnel, la pré-éclampsie, un accouchement prématuré, une césarienne contrainte et un surpoids du bébé pouvant compliquer l'accouchement. D'autres études ont montré que les effets de l'obésité maternelle persistent chez l'enfant plus tard dans la vie : Un poids à la naissance plus élevé que la moyenne est associé à un risque accru d'obésité à l'âge adulte, avec ses comorbidités chroniques, comme diabète et les maladies cardiovasculaires. En conséquence, la metformine donnée à des femmes enceintes obèses pourrait-elle améliorer les résultats de santé pour la mère ou l'enfant, et en particulier réduire le risque du bébé de surpoids de naissance ?

Les chercheurs suggèrent aujourd'hui que metformine pourrait permettre de réduire l'incidence des bébés en surpoids à la naissance par l'amélioration de la sensibilité de la mère à l'insuline et donc la diminution de la quantité de sucre dans le sang en excès disponible pour le bébé. Les femmes ayant des niveaux élevés de glucose dans le sang et donc à risque plus élevé de problèmes de grossesse pourrait également tirer profit de la metformine.

L'étude contrôlée randomisée Empowar, menée à l'Université d'Edimbourg porte et va porter au total sur 400 femmes enceintes obèses avec un groupe de participantes sous metformine dès la 12è semaine de grossesse et jusqu'à l'accouchement, et avec un groupe témoin sous placebo. Les mères et leurs bébés seront suivis pendant un an après le début du traitement.

Cette étude ne signifie pas que la question de l'obésité durant la grossesse avec ses risques pour l'enfant et pour la mère peut être réglée par un simple médicament. Il est préférable, rappelle cet article, en cas de surpoids, d'obésité et de désir d'enfant, de consulter un médecin ou un professionnel de santé pour suivre un programme de perte de poids avant de tomber enceinte.

Sources: NHS The Empowar study (Visuels PNNS)

Accéder

à notre dossier Obésité de l'enfant (1/6) (Santé log Petite Enfance-) Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Lire aussi : SURPOIDS de NAISSANCE: Risque de diabète pour les filles, pas pour les garçons

Autres actualités sur le même thème

Pages