Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: La leptine, hormone clé des prochains traitements

Actualité publiée il y a 8 années 22 heures 43 min
Cell Metabolism

L’obsession de ces chercheurs : manger moins et faire plus d'exercice ne seront plus suffisants pour inverser la tendance à l'obésité. Il y a donc un besoin urgent de développer de nouveaux médicaments pour contrer l’épidémie d’obésité. Dans cette étude, publiée le 13 octobre dans la prestigieuse revue Cell Metabolism, ces chercheurs de l'Université Monash révèlent comment se développe la résistance à l'hormone leptine, un facteur clé de développement de l'obésité.

L'auteur principal, le Pr. Tony Tiganis, du Monash Obesity and Diabetes Institute et du département Biochimie et Biologie moléculaire de la Monash University nous rappelle que notre corps produit, une hormone, la leptine, en réponse à l'augmentation des dépôts de graisse. «En activant une partie du cerveau appelée l'hypothalamus, la leptine indique au corps d'augmenter sa dépense énergétique et de diminuer la prise alimentaire et nous aide à maintenir un poids corporel sain».


Or, la réponse du corps à la leptine est diminuée chez les personnes en surpoids et obèses, donnant naissance à la notion de« leptine-résistance ». Ces chercheurs ont progressé dans la compréhension de la progression de la leptine-résistance :

2 protéines sont déjà connues pour inhiber la leptine dans le cerveau, cette équipe en a découvert une troisième, nommée TCPTP.

Les 3 régulateurs doivent être « éteints » : Chez la souris, cette 3è protéine responsable devient plus abondante avec le gain de poids, exacerbe la leptine-résistance et contribue à augmenter la progression de l'obésité morbide. L'étude montre que ces 3 protéines de la leptine-résistance agissent à des étapes différentes du processus du développement de l'obésité. «Des médicaments ciblant l'ne de ces 3 protéines sont déjà en cours d'essais cliniques pour le diabète de type 2, mais notre étude montre que cibler un seul de ces 3 facteurs ne sera pas suffisant. Il faudrait en supprimer au moins 2 pour éviter l'augmentation du poids, concluent les chercheurs sur l'animal.

Une question d'évolution de l'espèce ? «Les humains ont une tendance à la suralimentation riche en éléments nutritifs, héritée de nos ancêtres chasseurs-cueilleurs. Maintenant que la nourriture est facilement disponible et nos modes de vie moins actifs, notre tendance évolutive à surconsommer devient problématique."

Il y a donc une urgence à développer de nouveaux médicaments pour prévenir et traiter l'obésité, responsable de près de 3 millions de décès, chaque année, dans le monde, concluent les chercheurs qui vont maintenant tester la suppression des 3 hormones régulatrices… chez la souris.

Source: Cell Metabolism, 2011; DOI: 10.1016/j.cmet.2011.09.011 Elevated Hypothalamic TCPTP in Obesity Contributes to Cellular Leptin Resistance et Monach University (Visuel)

Dernières actualités sur l'Obésité

Accéder au Dossier Obésité de l'Enfant Pour accéder à ce dossier, vous devez être inscrit et vous identifier

Autres actualités sur le même thème