Vous recherchez une actualité
Actualités

PARENTALITÉ excessive et exacerbée, jeunes enfants très contrariés!

Actualité publiée il y a 7 années 6 mois 3 semaines
Development and Psychopathology

Cette recherche est une étape importante dans la compréhension du lien complexe entre la génétique et l'environnement familial. Les chercheurs de l'Oregon State University constatent ici que des parents qui se mettent en colère trop facilement, qui ont des réactions disproportionnées (over-react) ont plus de risque d'avoir des bébés facilement contrariés jusqu’à présenter des troubles du comportement dès l’âge de 2 ans. Des conclusions publiées dans l’édition de février de la revue Development and Psychopathology qui appellent les parents au self-control.

Ces chercheurs du Social Learning Center de l'Oregon State University et d'autres institutions ont recueilli des données comportementales de 361 familles de 10 états qui avaient adopté. Ils ont également étudié les données génétiques des parents biologiques ainsi que des enfants adoptés. Es enfants ont été suivis et évalués aux âges de 9, 18 et 27 mois.


Les auteurs constatent que les parents adoptifs qui ont tendance à réagir de façon excessive, prompts à la colère ont un impact significatif sur leurs enfants, qui présentent plus d'émotivité négative, et commettent plus de crises ou d'actes coléreux que le font normalement des enfants de leur âge. Evidemment, la génétique joue également un rôle, en particulier dans le cas des enfants à risque génétique d'émotivité négative, élevés dans un environnement à faible stress ou moindre émotivité.

«C'est l'âge où les enfants sont enclins à dépasser les limites pour voir», explique l'auteur principal de Shannon Lipscomb, professeur adjoint de développement et de sciences de la famille à l'OSU. « Cependant, notre étude montre que les enfants qui vivent durant les premières années de leur vie avec des niveaux élevés de cette constante émotivité négative, ont plus de difficultés avec le contrôle de leurs émotions et ont tendance à présenter des troubles du comportements à l'âge scolaire ».

Des comportements déviants à l'âge de 2 ans : Les chercheurs ont également constaté que ces enfants à « émotivité négative » avaient plus de risque de développer des comportements déviants dès l'âge de deux ans, ce qui suggère que les émotions négatives peuvent avoir aussi leur propre développement. Bien entendu, ce processus a des implications importantes pour les comportements des enfants plus tard dans leur vie.

L'originalité de cette étude est son focus sur ce concept de l'émotivité négative, qui présente une certaine stabilité ou continuité avec l'âge, et qui s'accumule jusqu'à l'âge préscolaire pour être associé ensuite au risque de troubles du comportement à l'âge de 2 ans. Pour l'auteur principal, c'est un message aux parents qui doivent accroître la mobilité de l'enfant et son indépendance, ce qui peut avoir un impact positif sur la façon dont leur enfant va se développer.

Les parents aussi doivent apprendre à s'autoréguler et à rester fermes et confiants et ne pas sur-réagir. Les parents devraient donner l'exemple en contrôlant leurs propres émotions et réactions !

Source: Development and Psychopathology Volume 24 / Issue 01, pp 167 – 179 DOI:10.1017/S0954579411000757 “Negative emotionality and externalizing problems in toddlerhood: Overreactive parenting as a moderator of genetic influences

Accéder aux dernières actualités sur la Parentalité

Accéder au Dossier Parentalité de Santé log Petite Enfance- Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier.

Autres actualités sur le même thème