Vous recherchez une actualité
Actualités

POLLUTION: Comment les POP affectent la croissance de l'Enfant

Actualité publiée il y a 4 années 6 mois 1 semaine
Environmental Health Perspectives

La croissance des nourrissons affectée par l'exposition aux polluants organiques persistants (POP) environnementaux est un phénomène connu. Oui, mais cette étude de l’Institut norvégien de santé publique, l’une des plus importantes réalisées à ce jour sur le sujet, montre comment 2 polluants organiques persistants vont soit entraîner une croissance rapide dans la petite enfance, soit réduire la croissance en deçà de la courbe normale. Le point dans la revue Environmental Health Perspectives.

Même si les niveaux de ces 2 polluants environnementaux ont diminué au cours des 20 dernières années, leurs effets néfastes sur le développement des enfants persistent. Il s'agit ici du biphényle polychloré 153 (PCB153), un produit chimique largement utilisé dans les fenêtres et les équipements électriques avant d'être interdit dans les années 1990 et du « p, p'-dichlorodiphényldichloroéthylène » (p, p'-DDE), un métabolite d'un pesticide dont l'utilisation est aujourd'hui réservée au contrôle du paludisme. Cependant leur persistance a entrainé une accumulation et une concentration importantes dans la chaîne alimentaire. Les humains y sont donc toujours exposés via certains aliments, en particulier les fruits de mer et le lait maternel.


Les chercheurs ont d'abord développé un modèle pour estimer l'exposition dans la période de l'allaitement maternel. Puis ils ont analysé les données de 7 cohortes de naissance européennes, portant au total sur 2.500 couples mère-enfant. Ils ont regardé si l'exposition à ces 2 polluants avant et après la naissance était associée à une perturbation de la croissance durant la petite enfance. Ils constatent que,

· les niveaux maternels de DDE soit la dose à laquelle les nourrissons ont été exposés in utero sont significativement associés à une croissance rapide en début de vie,

· les niveaux de PCB153 dans le lait et la part transférée par l'allaitement maternel sont associés à une diminution de la croissance des nourrissons en dessous des courbes de croissance normale.

Réduire encore le risque de pollution de l'environnement : Bien que les concentrations de PCB et de DDE aient diminué, l'étude montre que même les niveaux de persistance actuels en Europe peuvent affecter le développement des bébés. A ces effets directs sur la croissance, s'ajoutent les effets indésirables des polluants transférés par le lait maternel qui restent à identifier.

Des résultats qui convergent avec de précédentes études menées sur l'animal, qui ont montré l'association entre ce type d'expositions et le risque d'obésité. En affectant le système endocrinien et les voies neuronales, ces composés chimiques dérèglent le métabolisme. Peu d'études ont encore porté sur les humains hors sur la période intra-utérine / prénatale, et aucune ne prend en compte le transfert de polluants pendant l'allaitement. Les auteurs citent quelques études qui rapportent également ces associations, en particulier avec le poids de naissance.

Enfin, il reste, dans ce type d'analyse, le risque de facteurs de confusion non mesurés et inconnus. Aussi, précisent les auteurs, les conclusions, en particulier sur l'allaitement, ont un certain degré d'imprécision d'ailleurs illustré par certaines incohérences entre les cohortes. Cependant, une convergence commence à se dessiner, au fil des recherches qui appelle à poursuivre les actions visant à réduire l'exposition humaine aux polluants persistants.

Source: Environ Health Perspectives 2015: DOI:10.1289/ehp.1308005 Prenatal and postnatal exposure to persistent organic pollutants and infant growth: a pooled analysis of seven European birth cohorts

Lire aussi: POLLUTION: Nouvelles preuves du lien avec les malformations congénitales

AUTISME: La pollution aux particules fines augmente le risque

TDAH: Troubles de l'attention, un effet possible de la pollution?

La POLLUTION réduit le poids des bébés

GROSSESSE: Plus la pollution est élevée, plus faible est le poids de naissance du bébé -

Autres actualités sur le même thème