Vous recherchez une actualité
Actualités

PSYCHO: La fessée fait mal aussi à la personnalité

Actualité publiée il y a 7 années 2 mois 2 semaines
Pediatrics

Voilà qui viendra éclairer le débat autour des punitions corporelles. Troubles de l'humeur, anxiété et plus tard usage de drogues et troubles de la personnalité, voilà les troubles mentaux identifiés par cette étude, comme associés à la punition physique subie par l’enfant. Alors que ces chercheurs précisent qu’il s’agit d’évaluer les conséquences des châtiments corporels sévères, mais hors maltraitance- mais où est la limite ? - leurs résultats, publiés dans la revue Pediatrics, confirment non seulement que la fessée appartient désormais au passé, mais que derrière la fessée, il y a le risque de troubles de la personnalité.

Les auteurs de l'University of Manitoba et de la McMaster (Canada) sont les premiers à avoir étudié le lien possible entre le châtiment corporel sévère, jusqu'à gifler, fesser, frapper mais, précisent-ils, en l'absence de mauvais traitements plus grave des enfants comme une maltraitance caractérisée avec violence physique, sexuelle ou psychologique, comme la négligence physique ou affective ou encore l'exposition à la violence du partenaire intime.


Les auteurs ont analysé les données représentatives de la population américaine adulte issues de la National Epidemiologic Survey on Alcohol and Related Conditions recueillies entre 2004 et 2005 (N = 34 653) et constatent que les châtiments corporels sévères sont associés à un risque accru voir plus que doublé, de troubles de l'humeur, anxiété, abus d'alcool et de drogues et les troubles de la personnalité. Et cela indépendamment d'autres facteurs de risque sociodémographiques ou familiaux (OR : de 1,36 à 2,46). Ainsi de 2% à 7% de ces troubles mentaux seraient attribuables à des antécédents de punitions physiques sévères.

L‘étude confirme donc le lien entre châtiments corporels dans l'enfance et troubles de la personnalité, plus tard dans la vie. L'American Academy of Pediatrics, qui édite la revue Pediatrics, s'oppose d'ailleurs dans ses recommandations, comme la plupart des professionnels de l'enfance, au recours à la punition physique.

Et la fessée rare et appropriée ? Si le lien apparaît ici, comme significatif, certains psychologues, comme le Pr Robert Larzelere de l'Oklaoma State University, spécialiste de l'éducation des enfants, « mettent un bémol » en expliquant que si la fessée est rarement utilisée et de manière appropriée et que l'enfant la perçoit comme étant motivée par le souci d'un « bon » comportement et pour son « bien-être », alors elle ne serait pas autant préjudiciable. Son étude de 2005 (1) montre en effet que la fessée utilisée de manière appropriée, peut, dans certains cas, se révéler efficace pour éliminer les comportements déviants. Il faut aussi reconnaître que de nombreux parents, équilibrés, n'utilisent la fessée qu'à contre-cœur et en dernier recours, et peuvent trouver que la fessée peut parfois être utile et bénéfique pour l'enfant.

Source: Pediatrics Published online July 2, 2012 doi: 10.1542/peds.2011-2947 “Physical Punishment and Mental Disorders: Results From a Nationally Representative US Sample” (Visuel © ia_64 - Fotolia.com)

(1) Behavioral theory and corporal punishment. In M. Donnelly & M. A. Straus (Eds.), Corporal punishment of children in theoretical perspective (pp. 91-102). New Haven, CT: Yale University Press.

Lire aussi: DÉVELOPPEMENT: Enfant exposé à la violence, risque de troubles du sommeil à vie

Accéder au Dossier Bien-traitance de Santé log Petite Enfance- Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Autres actualités sur le même thème