Vous recherchez une actualité
Actualités

SOCIO et SANTÉ: Les dîners en famille font-ils la famille?

Actualité publiée il y a 7 années 1 mois 2 semaines
Journal of Marriage and Family

Alors que le repas en famille est souvent vanté pour son meilleur équilibre alimentaire et sa contribution à la prévention du surpoids, cette étude de la Cornell University a regardé plutôt ses avantages sociaux, en particulier dans le développement de l’enfant et de l’adolescent, au sein et à l’extérieur de la famille. Ses conclusions, publiées dans l'édition de juin du Journal of Marriage and Family: Si le repas en famille fait partie d’un ensemble de caractéristiques familiales, il n’est pas, en lui-même, un élément déterminant du développement et du bien-être de l’adolescent.

Les chercheurs constatent, avec cette étude qui a porté sur 18.000 enfants participant à la National Longitudinal Survey of Adolescent Health, que les repas de famille et le bien-être à l'enfance et à l'adolescence procèdent en fait d'aspects différents de l'environnement familial. L'étude qui a suivi ces enfants jusqu'à l'adolescence montre en effet la quasi-absence d'effets des repas en famille sur le bien-être de l'adolescent ou du jeune adulte, à travers 3 principaux critères, les symptômes de dépression chez l'adolescent, l'usage de drogues ou la délinquance.


Kelly Musick, professeur agrégé à l'Université Cornell et auteur principal de cette étude sociologique et Ann Meier, professeur agrégé de sociologie à l'Université du Minnesota constatent que la capacité à gérer un dîner de famille régulier est facilitée en partie par les ressources de la famille, comme le temps et l'argent, et favorise d'autres caractéristiques familiales dont le partage du temps passé ensemble, la proximité et la communication au sein de la famille. Il est clair que ce sont les familles avec les deux parents biologiques, une mère au foyer, un revenu plus élevé qui partagent, les repas le plus souvent.

Les repas représentent un contexte et une opportunité régulière et positive pour les parents de se connecter émotionnellement avec les enfants, de surveiller leurs activités scolaires et sociales et de transmettre des valeurs et des attentes. Ce sont les principaux facteurs qui associent les dîners en famille au bien-être des enfants. Mais le phénomène n'est pas forcément vrai dans l'autre sens, enfants-parents. En fait, dans la réalité, les dîners en famille font partie intégrante d'un ensemble plus large de pratiques, de routines voire de rituels qui reflètent surtout les principes et les priorités des parents et, selon les auteurs, ils ne sont pas à eux seuls et en eux-mêmes, associés à un meilleur développement de l'enfant. Et lorsque que les chercheurs identifient un faible lien à l'enfance, ce lien ne perdure pas plus tard dans la vie.

Faire du repas un vrai moment d'échanges : Selon les chercheurs, il reste intéressant d'étudier plus avant dans quelle mesure certains critères dans l'organisation et la gestion des repas de famille pourraient faciliter l'épanouissement et l'équilibre des enfants, dans la famille et à l'extérieur de la famille. Les familles parlent-elles, regardent-elles la télévision pendant le repas, les adolescents envoient-ils des sms…autant de situations qui peuvent faire qu'un dîner de famille n'en n'est plus un.

Source: Journal of Marriage and Family 24 MAY 2012 DOI: 10.1111/j.1741-3737.2012.00973.x “Assessing Causality and Persistence in Associations Between Family Dinners and Adolescent Well-Being" (Visuel © WavebreakMediaMicro - Fotolia.com)

Lire aussi : NUTRITION: Fonder une famille ne signifie pas manger plus équilibré

BIEN VIEILLIR: La famille en tête des bonnes pratiques

OBÉSITÉ: Partager les repas, évite le surpoids

Autres actualités sur le même thème