Vous recherchez une actualité
Actualités

TABAC: Les jeunes snobent les images choc

Actualité publiée il y a 5 années 8 mois 2 semaines
Tobacco Control

Les images choc, plébiscitées par l’Organisation mondiale de la santé, laisseraient les jeunes fumeurs presque indifférents, révèle cette étude britannique publiée dans la revue Tobacco Control. Si plus d'adolescents ont tendance à cacher leur paquet, les images choc ne favorisent aucun autre comportement d'évitement. Les auteurs appellent donc à plus de visibilité avec plus de surface sur le paquet. A ce jour aucun pays européen n'a adopté la recommandation de l'OMS, soit l'image présente sur 50% de la surface du paquet.

En France, les modalités d'impression des images choc sur les paquets de cigarettes ont été publiées en avril 2010. L'apparition des messages, textes et photos est imposée sur 95 % des produits et sur une surface minimum représentant au moins 30 % de la superficie externe du conditionnement. Au Royaume-Uni, terrain de l'étude, ces mises en garde illustrées étaient déjà en place sur le dos des paquets de cigarettes en octobre 2008, venant s'ajouter aux avertissements texte.


Trop faible surface ? Pas assez visible ? Pas suffisamment renouvelée ? L'image a plus d'impact que l'avertissement texte seul, mais n'a qu'un très faible impact sur ​​les jeunes, en particulier sur ceux qui fument régulièrement. Plusieurs facteurs du manque d'efficacité sont suggérés par cette enquête menée auprès de plus d'un millier de jeunes britanniques âgés de 11 à 16 ans, interrogés en 2008 puis en 2011 sur la visibilité et l'impact de ces avertissements. Faudrait-il donc accentuer le caractère choc, multiplier les visuels et augmenter la surface d'impression sur le paquet, comme le recommande l'OMS, soit sur la moitié de la surface ? Car l'échantillon représentatif des habitudes tabagiques des jeunes, soit 68-75% jamais fumeurs, 17-22 % au stade de l'expérimentation, et moins de 10% de fumeurs réguliers ne présente que peu de comportement d'évitement après la mise en place de ces images choc.

Ils le remarquent mais passent outre : Certes, un répondant sur 2 a fréquemment remarqué les avertissements et près d'un sur 5 en a déjà regardé un de près, mais si 85% jugent ces avertissements crédibles, ils ne découragent pas en pratique les non-fumeurs et les fumeurs au stade de l'expérimentation. La proportion d'adolescents qui déclarent avoir caché le paquet de cigarettes des autres, pour le visuel, augmente de manière significative entre 2008 et 2011, mais c'est le seul comportement d'évitement significatif et, chez les fumeurs réguliers, le pourcentage de ceux ont arrêtés de fumer en raison des images choc passe de 32 % à 23%.

En conclusion, peu d'impact sur les ados non-fumeurs ou au stade de l'expérimentation et impact négligeable chez les déjà fumeurs réguliers. Les auteurs appellent donc à des images plus visibles et plus choc

Source: Tobacco Control 4 Sept, 2013 doi:10.1136/tobaccocontrol-2013-050999 Adolescents' response to pictorial warnings on the reverse panel of cigarette packs: a repeat cross-sectional study (Visuel Fotolia)

Accéder aux dernières actualités sur le Tabac, les « Images choc »


Interstitiel resposorb

Autres actualités sur le même thème

Pages