Vous recherchez une actualité
Actualités

TROUBLES du SOMMEIL: C'est 3 nuits par semaine pour 1 Français sur 3

Actualité publiée il y a 8 années 6 mois 1 semaine
InVS

Insomnies et syndromes d’apnée du sommeil, une personne sur 3 en France déclare avoir ces troubles du sommeil au moins 3 nuits par semaine. Globalement un Français sur 5 est concerné par l’insomnie chronique et le syndrome d’apnée du sommeil (SAS) est largement sous-diagnostiqué. Ces troubles, associés à d’importantes conséquences sur la vie quotidienne, sont insuffisamment pris en charge. Des conclusions publiées par l’Institut de veille sanitaire (InVS), à l’occasion de la journée du sommeil du 16 mars qui suggèrent que le recours aux soins reste à améliorer.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

En 2008, dans le cadre du programme d'actions sur le sommeil 2007-2010, l'InVS a mis en place cette étude épidémiologique, par questionnaire, visant à quantifier la fréquence et la gravité des troubles du sommeil auprès de 12.636 personnes âgées de plus de 16 ans.


1 personne sur 3 déclare avoir des troubles du sommeil au moins 3 nuits par semaine.

- Ces troubles concernent plus majoritairement les femmes que les hommes (39% vs 29%) et

- sont plus fréquents avec l'âge (44% des personnes de plus de 75 ans, 22% des 16-24 ans).

- Sont durables : pour plus de 80% des personnes concernées ils durent depuis plus de trois 3 mois. Notons que la classification américaine des maladies mentales (DSM IV) retient comme définition de l'insomnie en tant que maladie, un critère de durée des troubles d'au moins un mois.

- Le risque d'insomnie chronique avec retentissement fonctionnel est accru chez les personnes travaillant en rythme décalé

- chez les individus précaires socialement.

- la prévalence était significativement plus faible chez les personnes célibataires (13,5 %) que chez les sujets vivant en couple ou chez les sujets divorcés, séparés ou veufs (25 %) !

Le syndrome d'apnées obstructives du sommeil (SAS) méconnu et sous-diagnostiqué : Dû à des arrêts répétés de la respiration pendant le sommeil et responsable d'un sommeil de mauvaise qualité, il peut entrainer des maladies cardiovasculaires, le diabète et la somnolence.

- 2,4% des personnes déclarent un SAS diagnostiqué

- 4,9% des personnes présentent des symptômes de SAS,

- Une personne sur 5 déclare avoir des troubles du sommeil associés à de la fatigue ou à une somnolence diurne excessive.

- Les femmes sont plus nombreuses que les hommes à avoir déjà consulté pour des problèmes de sommeil (14 % versus 8 %) et à prendre habituellement des médicaments pour dormir (12 % versus 5 %).

Pourtant seul tiers des personnes concernées consultent et seuls 15% des personnes ayant des signes évocateurs de SAS déclarent avoir fait un enregistrement du sommeil.

Autres actualités sur le même thème