Vous recherchez une actualité
Actualités

10è semaine de la CONTINENCE: Pour oser parler aussi de sexualité

Actualité publiée il y a 7 années 8 mois 1 semaine
Association Française d'Urologie

La 10ème édition de cette semaine nationale d’information, organisée par l’Association Française d’Urologie (AFU) sur le thème de l’incontinence urinaire, souligne l’importance de la prise en compte de la sexualité qui participe de la qualité de vie globale, dans la prise en charge de l’incontinence chez l’homme comme chez la femme. Cette prise en charge inclut le choix des traitements des autres pathologies comme le cancer de la prostate pour lesquels les urologues pèsent, pour chaque traitement et chaque patient, les bénéfices et les risques en termes d’incontinence et de sexualité. La sexualité sera également un des thèmes principaux du prochain congrès de l’AFU.

3 millions de Français de tous âges sont touchés par l'incontinence urinaire, des chiffres probablement sous-estimés, car le sujet reste tabou. Définie par l'International Continence Society (ICS), l'ANAES, et la HAS comme « toute perte involontaire d'urine dont se plaint le patient », l'incontinence urinaire reste donc une notion encore subjective, laissée à l'appréciation du patient.


Le déni est tentant, soit pour minimiser l'importance de ses fuites d'urine, soit pour cacher cette image de vulnérabilité, de vieillissement et d'imperfection de son organisme, soit pour se réfugier dans le fatalisme. La souffrance est pourtant là, avec l'altération de l'image de soi, la perte de confiance et de nombreuses conséquences dans la vie quotidienne.

L'incontinence urinaire s'accompagne fréquemment de troubles de la sexualité : Ainsi,

- 25 à 50 % des femmes présentant une incontinence urinaire, se plaignent aussi de troubles sexuels,

- 60 % des femmes souffrant d'incontinence urinaire font mention de fuites pendant les rapports.

Chez l'homme aussi, si l'incontinence urinaire est moins fréquente, elle peut aussi être très handicapante au plan de la sexualité, s'accompagnant de troubles de l'érection, voire d'incontinence pendant les rapports. Selon une étude récente publiée en 2011, dans l'European Urological Review,

- près de 18 % des hommes souffrant d'une hyperactivité vésicale considèrent que celle-ci affecte leur vie sexuelle,

- 25 % des hommes chez qui l'hyperactivité vésicale provoque une incontinence se plaignent du retentissement de leurs symptômes sur la qualité de leur vie sexuelle.

Continence et sexualité, sur le même territoire anatomique : L'AFU nous rappelle que continence et sexualité dépendent toutes deux, au niveau global, du système nerveux, et notamment de l'équilibre entre système sympathique et système parasympathique. Alors qu'au niveau local, la continence urinaire repose sur l'équilibre entre la pression de la vessie (relaxation ou contraction du détrusor) et la résistance du sphincter, la sexualité repose aussi sur une mécanique locale, qui met en jeu, dans la même zone pelvienne, des phénomènes vasculaires, musculaires ou nerveux. Ainsi, pour l'homme, comme pour la femme, au cours du rapport, les muscles du périnée jouent un rôle important dans la montée en puissance du plaisir.

C'est pourquoi, les mécanismes de la continence et de la sexualité mettant en jeu des zones anatomiques (au niveau pelvien) et des modes de contrôle communs (au niveau du système nerveux), elles partagent souvent les mêmes facteurs de risques et parfois, les mêmes causes de dysfonctionnement.

Cette Semaine de l'incontinence rappelle donc à tous que l'incontinence n'est pas un tabou et qu'elle se soigne. S'il a été longtemps ignoré, le retentissement de l'incontinence sur la sexualité est aujourd'hui étudié et démontré, comme sont démontrés les bénéfices du traitement de l'incontinence sur la qualité de vie des patients, notamment en termes de sexualité. Une prise en charge qui repose simplement sur le dialogue médecin-patient et la complémentarité des approches existantes pour définir un parcours sur mesure en fonction des besoins de chacun (kinésithérapie, traitement urologique, soutien sexologique).

Autres actualités sur le même thème