Vous recherchez une actualité
Actualités

BIOTECHNOLOGIE: Un hamburger-éprouvette à partir de cellules souches?

Actualité publiée il y a 6 années 9 mois 3 semaines
AAAS

En pleine épidémie « de Schmallenberg » et au-delà, en pleine crise alimentaire, cette recherche pourrait trouver sa raison d’être. Une équipe néerlandaise de l’Université de Maastricht, qui y travaille depuis 6 années, serait parvenue à développer, en laboratoire, un « petit morceau de bœuf » à partir de cellules souches. Mais pas suffisamment pour en faire un hamburger, a précisé le chercheur. Cette performance présentée à la réunion annuelle de l’AAAS à Vancouver pose, en réalité, plus de questions éthiques que techniques.

L'histoire : C'est le Dr Mark Post, physiologiste à l'Université de Maastricht, qui, financé par un donateur anonyme à hauteur de 250.000 euros, est à l'origine de ce premier hamburger-éprouvette, développé in vitro, à partir de cellules souches de tissu de bœuf. Les cellules sont ensuite cultivées pour obtenir, à ce stade, les fibres musculaires de 3 cm de long et 0,5 mm d'épaisseur… Aujourd'hui, expliquent les chercheurs, ces fibres sont jaunâtres mais les chercheurs travailleraient à améliorer leur apparence. Enfin, pour « faire » la graisse, un élément essentiel des vrais hamburgers, des cellules adipeuses de bœuf seraient également cultivées en laboratoire. Et parce que les hamburgers seront fabriqués à partir de cellules souches animales, les chercheurs imaginent même de fabriquer des produits à partir d'autres animaux exotiques. Comme de la viande de panda, par exemple. Le chercheur prévoit, selon The Guardian, un délai de 10 à 20 ans avant de parvenir à une production en masse et comestible.


Objectifs avoués, développer une source plus durable de viande, dans un contexte de crise alimentaire et réduire les émissions de gaz à effet de serre en se passant de l'élevage bovin. Car, arguent les chercheurs, les taux de transformation des animaux, de matière végétale en protéines animales, sont très « inefficaces ». Patrick Brown, professeur de biochimie à l'Université de Stanford en Californie, a déclaré lors de la conférence de l'AAAS que la consommation mondiale de viande devrait doubler d'ici à 2050, mais que l'élevage représentait déjà 18% des émissions de gaz à effet de serre ...

Quelle sera la réaction du public ?! En fin d'année 2011, les chercheurs de l'Economic & Social Research Council (ESRC) Genomics Network, l'une des organisations britanniques de recherche les plus importantes sur les grandes questions de société, s'était demandé, lors d'un colloque, si nos sociétés pourraient montrer de l'appétit pour de la viande artificielle produite à partir de cellules souches. Certains que les progrès de la biotechnologie permettront la production de viande en laboratoire dans les années à venir, les chercheurs indiquaient que les réactions du public à l'idée de ces éventuels produits développés sont la clé essentielle pour pouvoir un jour, les introduire sur le marché de la consommation. Car, la recherche sur les cellules souches est encore controversée ou rejetée par une majorité d'entre nous.

Les difficultés techniques pour produire de la viande in vitro ne seraient donc pas les principales, la technologie – au même titre que les OGM- soulève aussi de nombreuses questions pour les scientifiques, les régulateurs et les consommateurs. Il est possible, concluait l'ESRC que la technologie soit totalement rejetée par le grand public et ne puisse jamais dépasser le stade actuel de la recherche fondamentale en laboratoire.

Sources: The Maastricht University, The Guardian, Economic & Social Research Council Can we share vampires' appetite for synthetic blood? (Visuel © Kheng Guan Toh - Fotolia.com)

Lire aussi:

OGM: Le maïs MON810 grillé par le gouvernement

OGM: L'Europe résiste à la patate allemande -

Autres actualités sur le même thème

Pages