Vous recherchez une actualité
Actualités

CANCER de la PROSTATE : L'exercice physique intense réduit de 60% le risque de décès

Actualité publiée il y a 9 années 8 mois 3 semaines
Journal of Clinical Oncology

Une étude menée par l'École de santé publique de Harvard et l'Université de Californie, conclut que l'activité physique intense, soit pratiquée à raison de 3 heures ou plus par semaine, est associée à un risque de décès lié au cancer de la prostate diminué de 61%. Une conclusion importante pour les hommes nombreux, atteints par ce cancer, qui s’interrogent sur l’impact de leur mode de vie pour améliorer leur survie au cancer. L'étude est publiée dans l’édition en ligne du 4 janvier, du Journal of Clinical Oncology.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

Le cancer de la prostate est le cancer le plus fréquent chez les hommes et affecte environ un homme sur six au cours de sa vie. Plus de 16 millions d'hommes à travers le monde ont survécu à un cancer de la prostate et chaque année plus de 40.000 nouveaux cas sont diagnostiqués en France. Cette étude est la première menée sur des hommes atteints de cancer de la prostate ayant pour objectif d'évaluer les effets de l'activité physique après un diagnostic sur la mortalité liée au cancer de la prostate.


«Nos résultats suggèrent que les hommes peuvent réduire leur risque de progression de cancer de la prostate après un diagnostic, en ajoutant une activité physique à leur routine quotidienne", explique le Dr. Stacey Kenfield, auteur principal de l'étude. "C'est une bonne nouvelle pour les hommes vivant avec ce cancer qui s'interrogent sur l'impact du mode de vie sur la survie au cancer."

L'étude a été menée sur 2.705 hommes atteints d'un cancer de la prostate participant à la Health Professionals Follow-Up Study durant une période de 18 ans. Les participants ont indiqué leur temps moyen hebdomadaire d'activité physique, dont la marche, la course, la bicyclette, la natation et autres sports ou activités extérieures.

Tous les types d'activités soit légères soit intenses sont bénéfiques pour la survie globale. Mais, comparativement aux hommes qui marchent moins de 90 minutes par semaine à un rythme tranquille, ceux qui marchent 90 minutes ou plus par semaine à un rythme normal à rapide diminuent de 46% leur risque global de décès.

Seule l'activité physique intense réduit le risque de décès directement lié au cancer : Définie comme pratiquée à raison de plus de trois heures par semaine, elle est associée à une mortalité liée au cancer réduite de 61% .

«Nos résultats suggèrent que les hommes atteints de cancer de la prostate devrait faire au moins un peu d'exercice physique pour leur santé en général. Cependant, 3 heures ou plus par semaine d'activité physique intense réduit résolument le risque de décès du cancer de la prostate», conclut l'auteur.