Vous recherchez une actualité
Actualités

De l'insuline en spray nasal pour prévenir le DIABÈTE de type 1?

Actualité publiée il y a 8 années 7 mois 1 semaine
Diabetes

On en parle et on en reparle de cette insuline nasale sous forme de spray qui pourrait prévenir le diabète de type 1 chez l’Enfant, ou l’adulte, en empêchant le système immunitaire d'attaquer les cellules productrices d'insuline. Cette étude, mi-australienne, mi-française, co-financée par l’inserm, a été publiée dans l’édition d’avril de la revue scientifique Diabetes.

Cette étude de chercheurs a regardé comment dispenser de l'insuline sous forme de spray nasal à de jeunes adultes récemment diagnostiqués avec le diabète de type 1, pour empêcher ou réduire la des cellules productrices d'insuline. Cette solution, prometteuse, pourrait laisser espérer qu'un tel spray puisse être utilisé comme un «vaccin» pour les personnes à risque, notamment les enfants qui n'ont pas encore développé le diabète- mais qui n'ont pas été couverts par cette étude. Car cette étude a porté sur des adultes qui avaient déjà un type particulier de diabète, d'apparition tardive.


L'étude a été menée par des chercheurs de l'Institut de recherche médicale et du Royal Melbourne Hospital (Victoria, Australie), et de l'Hôpital St Vincent de Paul et de l'Université Paris Descartes, à Paris. Cet essai contrôlé randomisé portat sur ce type de diabète de type 1, non insulino-dépendant, parce que sans besoin d'injections d'insuline a été l'occasion d'étudier si l'insuline nasale peut réduire la réponse immunitaire normalement observée dans le diabète de type 1. Elle a porté sur 52 adultes âgés de 30 à 75 ans qui avaient reçu un diagnostic de diabète de type 1 l'année précédente, aléatoirement répartis en deux groupes. Durant plus de 10 jours consécutifs, puis durant deux jours consécutifs par semaine pendant 12 mois, un groupe de participants a pris une dose d'insuline grâce à un spray nasal, équivalent à 1,6 mg d'insuline par jour. L'autre groupe a reçu un placebo en spray. Les participants ont été évalués, ont subi des tests sanguins et reçu des conseils sur la façon de gérer leur diabète.

d'auto-anticorpsanti-insuline(IAA) des 2 groupes, diffèrent lors des injections d'insuline. La réponse en anticorps anti-insuline est significativement atténuée chez les patients sous insuline nasale, ce qui indique que, chez les participants qui ont pris l'insuline nasale, moins d'anticorps ont été créés quand ils ont reçu des injections d'insuline.

Les chercheurs concluent que si l'insuline nasale n'a pas empêché la perte de cellules productrices d'insuline, elle a rendu le système immunitaire plus tolérant à l'insuline et pourrait, par conséquent, bien être utilisée pour prévenir le diabète chez les personnes à risque et de diabète de type 1 et les enfants, en particulier.