Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉPENDANCE: Le gouvernement enterre le 5è risque

Actualité publiée il y a 6 années 10 mois 2 semaines
Solidarités et cohésion sociale

Pas de mesures supplémentaires et pas de budget, a annoncé Roselyne Bachelot, sur la Réforme de la dépendance. Rien ne sera donc fait avant les élections, contrairement aux engagements du Chef de l’Etat, dès 2007, qui présentait dès 2007, la réforme sur le 5è risque comme une priorité de son quinquennat. Aujourd’hui, avec un Français sur 2 incapable de prendre en charge l’un de ses proches vieillissant, un nombre de places d’hébergement trop restreint, un problème de qualification des personnels et des aidants familiaux, le débat sur la dépendance avait pourtant toute son urgence.

L'INSEE estime aujourd'hui que la France comptera environ 1,4 millions de personnes âgées en perte d'autonomie en 2040. La population âgée en France représente aujourd'hui 14,1 millions de personnes de plus de 60 ans et 1,5 million de plus de 85 ans qui seront 2 millions en 2015. En 2011, on dénombre déjà plus d'1,2 million de bénéficiaires de l'Allocation personnalisée d'autonomie (APA) pour un budget global annuel de plus de 5 milliards d'euros. Et 61 % des bénéficiaires vivent à domicile.


Pourtant, les Français se déclarent déjà démunis face à la perte d'autonomie physique ou psychique (Sondage TNS Sofres FEHAP juil . 2011) et souvent dans l'incapacité de faire face au coût d'hébergement de leurs proches en Maisons de retraite.

La réforme enterrée, au moins jusqu'aux élections : Les groupes de travail sur la dépendance avaient pourtant commencé à travailler, des débats régionaux avaient été organisés, pour réfléchir aux différentes questions posées par le vieillissement de la population et sa prise en charge, à la place de la dépendance dans la société, son financement, ses modes d'accueil et sa couverture. Déjà, en juillet dernier, Nicolas Sarkozy avait annoncé qu'il se prononcerait sur la réforme de la Dépendance qu'à la rentrée de septembre. Voilà la réforme enterrée, au moins jusqu'aux élections.

Pourtant, proposer de nouvelles solutions d'hébergement reste une immense priorité pour la majorité des familles : Avec une capacité d'accueil dans la moyenne européenne, soit plus de 10.000 établissements et services représentant plus de 675.000 places, dont les deux tiers en EHPAD, la France est en manque de places d'hébergement au regard du nombre de personnes âgées dépendantes. Ainsi, le groupe de travail du Ministère, consacré à l'accueil et l'accompagnement des personnes âgées en perte d'autonomie avait dépeint un dispositif français trop complexe, avec des couts administratifs élevés. L'objectif de la réforme était donc de pouvoir construire un dispositif axé sur «le parcours de vie » de la personne âgée, avec le respect du libre choix de la personne sur le maintien à domicile ou non et proposant une couverture correcte des coûts médicaux.

Le budget annoncé à l'époque, soit 1,2 milliard d'euros n'était déjà pas jugé suffisant par les différentes organisations, dont la FEHAP. Sans la réforme et sans revalorisation de l'APA, le reste à charge pour les personnes et leur famille, pourrait dépasser 1.000 euros au moins par personne âgée et par mois.

Autres actualités sur le même thème

Pages