Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉPRESSION POST-PARTUM: Un test sanguin pour détecter le risque

Actualité publiée il y a 4 années 5 mois 3 semaines
Frontiers in Genetics

Des chercheurs de l’Université de Virginie viennent de découvrir un ensemble de marqueurs sanguins permettant d’identifier les femmes à risque de dépression post-partum. Ce marqueur est « issu » du gène récepteur de l'hormone ocytocine, dite « hormone de l’amour », qui joue un rôle positif dans la santé à la naissance, dans la construction des liens maternels, le niveau de stress, l'humeur et la régulation émotionnelle. De faibles niveaux d’ocytocine s’avèrent également associés à la dépression post-partum. Des conclusions présentées dans la revue Frontiers in Genetics qui mènent au développement d’un test de détection sanguin.

La dépression post-partum n'est pas une maladie rare ou anodine. Elle touche près de 20% des nouvelles mères, avec de véritables symptômes dépressifs, handicapants et entraînant un risque accru pour le développement comportemental, cognitif et social de l'enfant.


Jessica Connelly, professeur de psychologie et chercheur de l'Université de Virginie avec des collaborateurs de plusieurs instituts de recherche américains et anglais, identifie ici plusieurs marqueurs biologiques permettant d'identifier les femmes à risque : « Nous savons que les femmes qui ont souffert de dépression avant la grossesse sont plus à risque de développer une dépression post-partum. Cependant, le risque existe aussi pour les femmes qui n'ont jamais souffert de dépression avant leur grossesse. Ces marqueurs peuvent permettre de les identifier, « à l'avance » ».

Le rôle de l'ocytocine dans le comportement maternel est bien connu. Son effet est médié par la régulation épigénétique du gène récepteur de l'ocytocine. L'équipe a donc émis l'hypothèse que le récepteur de l'ocytocine pouvait également jouer un rôle. En étudiant l'expression du gène, chez 269 participantes atteintes de dépression post-partum et 276 témoins sains, appariés pour l'âge, l'équipe identifie une relation entre certains marqueurs génétiques et épigénétiques dans ce gène et le risque, chez une femme, de dépression post-partum. Ces marqueurs génétiques et épigénétiques constituent une signature détectable par test sanguin, du risque de dépression post-partum.

Certes ces données doivent encore être reproduites sur un plus large échantillon, mais cette signature du récepteur de l'ocytocine identifiée semble très prometteuse pour détecter, en routine clinique, les femmes à risque de dépression post-partum.

Source: Frontiers in Genetics 21 July 2015 DOI:10.3389/fgene.2015.00243 Interaction between oxytocin receptor DNA methylation and genotype is associated with risk of postpartum depression in women without depression in pregnancy

Plus d'études sur la Dépression post-partum, l'Ocytocine

Autres actualités sur le même thème