Vous recherchez une actualité
Actualités

DÉVELOPPEMENT: Congruence et cohérence, 2 conditions du bon apprentissage

Actualité publiée il y a 4 années 10 mois 3 semaines
Developmental Science

Cette étude complexe qui a soumis des nourrissons âgés de 5 puis de 8 mois à une série de stimuli visuels, sonores, tactiles, et autres pour l’apprentissage de courtes séquences de lettres (et de sons) montre la limite de la capacité d’apprentissage des tout-petits. Des conclusions présentées dans la revue Developmental Science qui montrent l’importance au jeune âge de la congruence et de la cohérence de plusieurs stimuli pour la réussite de l’apprentissage.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

De nombreux éducateurs et parents pensent que la stimulation multi-sensorielle durant la petite enfance favorise l'apprentissage cependant, cette étude menée sur des nourrissons, montre, via suivi de leurs mouvements oculaires, que cela n'est pas toujours vrai.


Cohérence et congruence, sont les 2 conditions d'apprentissage au petit âge par stimulation multi-sensorielle : à 8 à 10 mois, les nourrissons sont capables d'apprendre des séquences basiques abstraites, de type ABA ou AAB mais seulement lorsque les stimuli visuels et audio sont congruents ou systématiquement associés. Le contre-exemple apporté par les auteurs ? L'association d'un visage souriant avec un son de pleurs, entraîne la confusion chez les nourrissons et l'échec de l'apprentissage.

Ainsi, plus n'est pas forcément mieux. Recourir à plusieurs stimuli pour accélérer l'apprentissage chez le petit enfant ne garantit pas le succès de cet apprentissage. Rester cohérent aux niveaux des correspondances visuelles, sonores et tactiles est la clé pour aider nos petits à mieux apprendre, commente le Dr Chia-huei Tseng, auteur principal de l'étude, qui définit ce principe comme « la congruence relationnelle de l'information audio-visuelle ». Enfin,« L'apprentissage doit correspondre à la nature de chacun », conclut l'auteur.

Autres actualités sur le même thème