Vous recherchez une actualité
Actualités

Le STRESS à l'enfance brise le circuit de la récompense

Actualité publiée il y a 4 années 3 mois 1 semaine
Biological Psychiatry

Être exposé au stress tôt dans sa vie et jusqu’à l’adolescence est un facteur de risque majeur de dépression. La maltraitance et la négligence subies à l’enfance ont déjà été associées à un risque démultiplié de symptômes dépressifs plus tard dans la vie. Cette étude de l'Université Duke et de l'Université du Texas contribue à expliquer pourquoi: simultanément à une sensibilisation croissante des circuits cérébraux impliqués dans la réponse au stress, se développe une diminution de l’activité dans les zones de la récompense et donc une réduction de la capacité à éprouver des émotions positives.


Les chercheurs ont analysé précisément ce second effet du stress à l'enfance et à l'adolescence, par neuro-imagerie chez 106 enfants et adolescents, âgés de 11 à 15 ans. Ces participants ont passé un examen d'imagerie par résonance magnétique, une évaluation de l'humeur et ont été interrogés sur les expériences subies, de négligence et/ou de maltraitance. Puis, 2 ans plus tard, les participants ont passé un second scanner du cerveau. Les chercheurs se sont concentrés sur le striatum ventral, une zone profonde du cerveau impliquée dans le traitement des expériences enrichissantes et donc dans la génération d'émotions positives, 2 fonctions d'ailleurs déficientes dans la dépression.

Ø L'analyse constate, chez les adolescents exposés à la négligence affective, une diminution anormale de la réponse du striatum ventral à la récompense.

Ø Cette baisse d'activité du striatum ventral est associée à l'apparition de symptômes dépressifs au cours de cette période clé du développement.

En conclusion, l'exposition au stress à l'enfance entraîne une déficience dans le traitement de récompense, qui contribue à expliquer le risque de dépression. Plus concrètement, l'étude suggère que trop de stress tôt dans la vie compromet la capacité d'éprouver l'enthousiasme ou du plaisir, tel un effet pervers de la résilience. C'est donc l'identification d'une voie neuronale à travers laquelle le stress de début de vie peut contribuer à la dépression, un circuit brisé donc, à rétablir et à stimuler chez ces jeunes.

Source: Biological Psychiatry Nov, 2015 DOI: 10.1016/j.biopsych.2015.05.010 Blunted Ventral Striatum Development in Adolescence Reflects Emotional Neglect and Predicts Depressive Symptoms

Lire aussi: STRESS en début de vie, marques cérébrales à vie

STRESS: Comment dès l'enfance le cerveau se prépare à l'affronter -

Autres actualités sur le même thème