Vous recherchez une actualité
Actualités

LEUCÉMIE: Manipuler la moelle osseuse pour renforcer l'immunité

Actualité publiée il y a 5 années 9 mois 3 semaines
Nature Immunology

Manipuler la moelle osseuse pour créer un système immunitaire plus fort sera peut-être possible un jour avec la découverte de ce nouveau type de cellule, décrit comme « le chaînon manquant » entre les cellules souches de moelle osseuse et les cellules du système immunitaire humain. Cette découverte de chercheurs de l'Université de Californie - Los Angeles (UCLA), présentée dans l’édition du 1er février de Nature Immunology contribue de plus à expliquer comment la maladie peut affaiblir la fonction immunitaire.

Car l'étude a été menée sur la moelle osseuse humaine, qui contient toutes les cellules souches qui produisent le sang au cours de la vie postnatale -et non comme la plupart des études sur la moelle osseuse de souris ou le sang de cordon ombilical, qui ne reflète pas le système immunitaire de la vie post-natale-. Le Dr. Gay, co-directeur du programme biologie des cellules souches à l'UCLA s'avoue lui-même étonné de la découverte de ces cellules d'un nouveau type et du fait qu'elles vont permettre d'expliquer comment l'immunité humaine est produite à partir de cellules souches tout au long de la vie.


Comprendre le processus de formation du sang chez l'adulte est une étape cruciale pour comprendre la pathogenèse des leucémies ou des cancers du sang. On savait que les cellules souches vivent éternellement, se reproduisent et donnent naissance à toutes les cellules du sang. Dans ce processus, les cellules souches se divisent et produisent à des étapes intermédiaires des cellules progénitrices qui donnent naissance aux différentes lignées cellulaires sanguines, comme les globules rouges. Les chercheurs se sont intéressés à ces cellules progénitrices qui vont permettre la formation de l'ensemble du système immunitaire, qui rassemble plusieurs types différents de lymphocytes, chacun ayant une fonction bien définie pour combattre l'infection.

Comme les cellules souches, les cellules souches progénitrices sont également très rares, "c'était comme trouver une aiguille dans une botte de foin", raconte le Dr Lisa Kohn, membre du Programme de formation scientifique médical de UCLA et auteur principal de l'étude.

Un nouveau stade de développement du système immunitaire mis à jour: Ce travail décrit un type primitif de cellule progénitrice qui amorce la constitution de l'ensemble du système immunitaire. Une fois ce type primitif identifié, l'équipe a regardé comment l'expression des gènes évoluait au cours des premiers stades de sa production à partir des cellules souches. "Les données d'expression génétique nous ont convaincus que nous avions découvert un stade de développement unique du système immunitaire avec un ensemble de gènes et une expression génétique uniques". Par ailleurs, la recherche apporte une compréhension du rôle important joué par les gènes dans la création de toutes les cellules du système immunitaire.

Ces informations pourraient même permettre de manipuler la moelle osseuse pour créer un système immunitaire plus fort. «L'identification de cet « ancêtre » dans la moelle osseuse humaine permettra désormais de comprendre comment peut se développer l'hématopoïèse anormale des états pathologiques », conclut l'auteur.

Source: Nature Immunology doi:10.1038/ni.2405 Lymphoid priming in human bone marrow begins before expression of CD10 with upregulation of L-selectin (Visuel Fotolia)

Autres actualités sur le même thème

Pages