Vous recherchez une actualité
Actualités

L'OBÉSITÉ est-elle socialement transmissible?

Actualité publiée il y a 6 années 9 mois 4 semaines
Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics

Question posée par ces chercheurs de l’Université de Liverpool qui suggèrent ici que les normes sociales influencent de manière significative les choix alimentaires. Les résultats de cette revue systématique de la littérature scientifique, publiés dans le Journal of the Academy of Nutrition and Dietetics, suggèrent que notre alimentation répond à des normes et que c'est une manière inconsciente aussi de manifester notre appartenance à un groupe social.


Leur examen a porté sur 15 études dont 8 ont examiné le rôle de l'information sur les normes alimentaires et 7 rapporté les effets des normes sur les choix alimentaires. La méta-analyse conclut que si les participants ont été informés sur les teneurs en calories des aliments, cela augmente de manière significative la probabilité que les choix alimentaires soient bien faits en conséquence. L'analyse montre aussi que,

· les normes sociales influencent bien la quantité de nourriture consommée,

· l'exposition à d'autres personnes mangeant de grandes portions, entraîne une augmentation de la consommation alimentaire,

· une forte association entre l'alimentation et l'identité sociale est également confirmée.

L'alimentation, un signe d'appartenance sociale : Dans certains contextes, la conformité aux normes alimentaires s'avère un moyen de renforcer son appartenance à un groupe social, explique l'auteur principal, le Dr Eric Robinson, de l'Université de Liverpool. Ainsi, si l'image de soi est fortement liée à l'appartenance à une communauté dont le mode d'alimentation n'est pas perçu comme malsain, alors le sujet aura tendance à suivre la norme pour maintenir sa cohérence sociale. Des influences et mécanismes sociaux qui influencent notre alimentation, présents même lorsque nous mangeons seul ou sommes au travail, et sans que nous en soyons conscients : Car dans certaines études, ajoutent les auteurs, les participants ne pensent pas que leur comportement ait été influencé par des normes et n'ont pas conscience des informations reçues en faisant leurs choix alimentaires.

Les comportements alimentaires peuvent donc être transmis socialement, ce qui a des implications pour les campagnes de santé publique pour une alimentation plus saine.

Autres actualités sur le même thème