Vous recherchez une actualité
Actualités

MICROBIOTE FÉCAL contre C. difficile: La preuve par le patient

Actualité publiée il y a 4 années 5 mois 1 semaine
Microbiome

Cette nouvelle recherche, publiée dans la revue Microbiome, vient ajouter à la preuve de l’efficacité de la transplantation du microbiote fécal pour lutter contre l’infection à C. difficile, en particulier en cas de résistance ou de récurrence. Cette fois la preuve est faite sur 4 patients dont les changements sains de microbiome s’avèrent durables jusqu'à 21 semaines après la transplantation.

Les bénéfices de la transplantation du microbiote fécal qui consiste en l'introduction, souvent par coloscopie ou lavement, des selles d'un donneur sain dans le tube digestif d'un receveur souffrant d'une infection intestinale avec la bactérie Clostridium difficile, ont déjà été documentés par plusieurs études. La pratique est déjà courante aux Etats-Unis où plus de 500.000 transplantations fécales sont opérées chaque année, et, alors que 40% des patients souffrent de récidive après un traitement antibiotique standard, ce traitement permet la récupération complète de la fonction intestinale chez 90% des patients. En Europe, la thérapie est maintenant recommandée par les directives européennes de traitement. En France, l'Agence nationale de Sécurité du Médicament (ANSM) a encadré la pratique afin de garantir la sécurité des patients concernés. Enfin, l'Académie nationale de Pharmacie a récemment fait ses recommandations sur l'élaboration d'un guide des bonnes pratiques, allant des mesures de traçabilité nécessaires au suivi des effets secondaires possibles et aux explications à donner au patient pour un consentement éclairé. Car encore mal acceptée par le patient, la transplantation du microbiote fécal apparaît comme l'un des moyens les plus efficaces pour traiter les infections à Clostridium difficile. Démonstration, ici, sur 4 patients:


Dans cette recherche, Michael Sadowsky et ses collègues de l'Université du Minnesota ont prélevé des échantillons fécaux provenant de 4 patients avant et après la transplantation. 3 patients ont reçu une greffe de microbiote fécal « frais », un patient, de microbiote fécal « congelé ». Le microbiote fécal transplanté chez les 4 receveurs provenait du même donneur pré-qualifié.

L'équipe a comparé les communautés microbiennes fécales de ces 4 patients, pré- et post-transplantation, avec ceux de 10 autres patients souffrant d'infections récurrentes à C. difficile, et en regard avec les configurations de sujets normaux tels que décrits dans le Human Microbiome Project. Les chercheurs ont également suivi l'évolution de la composition bactérienne fécale chez les receveurs au fil du temps, et comparé ces changements observés à la composition bactérienne des échantillons du donneur.

21 semaines d'efficacité: L'analyse montre que,

· après la transplantation, les échantillons des patients traités présentent des changements persistants jusqu'à 21 semaines caractérisés comme caractéristique d'un microbiote fécal en bonne santé.

2 changements sont observés, à court terme et à long terme dans le microbiome fécal après la transplantation :

· La diversité et les types de microbes présents dans le microbiome rentrent dans le spectre d'un microbiome sain,

· des différences individuelles subsistent, qui sont tout à fait « normales » « qui nous rendent tous uniques mais ne sont pas de nature à affecter le fonctionnement de l'intestin ».

Source: Microbiome 2015 DOI: 10.1186/s40168-015-0070-0 Dynamic Changes in Short- and Long-Term Bacterial Composition Following Fecal Microbiota Transplantation for Recurrent Clostridium difficile Infection (Visuel NIH@C. difficile on stainless steel © Jim Reed)

Plus d'études sur la Transplantation du microbiote fécal

Autres actualités sur le même thème