Vous recherchez une actualité
Actualités

NEURO: Des chercheurs recréent des neurones à partir de cellules de peau

Actualité publiée il y a 8 années 4 mois 3 jours
Cell Stem Cell

Des chercheurs de Johns Hopkins (Baltimore), en collaboration avec un consortium international, le Huntington's Disease iPSC Consortium ont généré des cellules souches à partir de cellules de la peau d'une personne atteinte d’une maladie grave, une forme de la maladie de Huntington et les ont transformées en neurones qui dégénèrent, tout comme ceux qui sont touchés par le fatale trouble héréditaire. Cette recherche, publiée dans la revue Cell Stem Cell, va permettre d’étudier in vitro le mécanisme qui désactive et tue les cellules cérébrales chez les patients atteints de la maladie puis de tester les effets de nouvelles thérapies sur des cellules qu’on « ne peut trouver », normalement que dans le cerveau. Une grande étape vient d’être franchie, dans la recherche sur les maladies neuro-dégénératives et le développement de nouveaux traitements.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

La maladie qui débute habituellement dans la quarantaine, entraine des dégâts graves au cerveau, provoquant des symptômes particulièrement cruels, des mouvements saccadés, des tics, une absence - de contrôle musculaire, des troubles psychiatriques et la démence et parfois le décès. Dans certains cas, la maladie frappe plus tôt, dans l'enfance. Et, bien que la mutation du gène autosomique responsable de la maladie de Huntington (mutation dans HTT), ait été identifiée dès 1993, il n'existe aujourd'hui aucun traitement, même pour ralentir sa progression.


Les chercheurs sont partis d'une biopsie de peau provenant d'un patient avec une forme très précoce de la maladie de Huntington, sur un patient âgé d'à peine 7 ans. L'utilisation de cellules touchées par une forme plus agressive de la maladie a donné à l'équipe les meilleures bases de recherche. Les cellules de la peau ont été cultivées puis reprogrammées en cellules souches pluripotentes induites. Un deuxième lignée cellulaire a été générée de façon identique mais en provenance d'un patient sain. Ces cellules ont ensuite été converties en neurones génériques, puis en neurones épineux moyens, un processus qui a duré trois mois. Ces neurones se comportent bien comme les neurones d'un patient atteint, montrant une dégénérescence rapide lorsqu'ils sont cultivés en laboratoire, alors que les lignées cellulaires de contrôle ne montrent aucune dégénérescence neuronale.

Pour la première fois, les chercheurs pourront d'étudier comment les médicaments agissent sur les neurones du patient. « La « production » de ces cellules va nous permettre de tester des thérapeutiques comme nous n'avions jamais pu le faire auparavant», explique le Pr Christopher A. Ross, un professeur de psychiatrie et de sciences du comportement, de neurologie, pharmacologie et de neuroscience à l'université Johns Hopkins, l'un des auteurs principaux de l'étude. Le consortium a étudié plusieurs lignées cellulaires de la maladie et des lignées cellulaires de contrôle afin d'obtenir des résultats qui soient reproductibles dans différents laboratoires. Le Pr Ross et son équipe sont déjà en train de tester de petites molécules permettant de bloquer la dégénérescence des cellules cérébrales atteintes par la maladie.

Des implications pour d'autres maladies neuro-dégénératives : La capacité de générer des cellules souches de neurones dans la maladie de Huntington aura certainement des implications pour des recherches similaires pour d'autres maladies neuro-dégénératives comme la maladie d'Alzheimer et de Parkinson.

Source: Cell Stem Cell, 28 June 2012 doi:10.1016/j.stem.2012.04.027 Induced Pluripotent Stem Cells from Patients with Huntington's Disease Show CAG-Repeat-Expansion-Associated Phenotypes (Visuel NIH “cluster of human iPS cells”)

Accéder aux dernières actualités sur la Maladie de Huntington

Lire aussi : AUTISME: Des neurones cultivés à partir de cellules de peau livrent de nouveaux indices

SCHIZOPHRÉNIE: Des cellules de peau aux neurones, des chercheurs franchissent le pas

Autres actualités sur le même thème