Vous recherchez une actualité
Actualités

OBÉSITÉ: Le père aussi transmet le risque à ses enfants

Actualité publiée il y a 5 années 12 mois 4 jours
ENDO 2013

L'alimentation et l’indice de masse corporelle du père ont-ils une incidence sur le risque d’obésité des enfants ? C’est ce que suggère cette étude de l'Université d’Ohio, qui montre, sur des souris, que des mâles nourris avec un régime riche en graisses et devenus obèses vont donner naissance à une progéniture dotée de plus de graisse corporelle. Ces conclusions, présentées à la Réunion annuelle 2013 de l’Endocrine Society, identifient un certain nombre de traits paternels qui peuvent affecter le métabolisme des enfants.

L'effet de l'IMC du père est observé principalement chez les descendants mâles, même lorsqu'ils sont soumis à un régime allégé en graisses, précisent les auteurs : «Nous avons identifié un certain nombre de facteurs liés à l'alimentation du père, avant la conception, qui vont affecter le métabolisme et le comportement des enfants » explique Felicia Nowak, professeur agrégé de sciences biomédicales à l'Université de l'Ohio.


L'effet de l'alimentation et du poids des parents sur les enfants est déjà bien documenté, mais surtout dans le cas des mères et les mécanismes biologiques sous-jacents restent mal connus. C'est pourquoi cette équipe a choisi d'étudier l'impact du régime alimentaire du père seulement, avec des souris mâles. Pour mener cette étude, les chercheurs ont nourri des souris mâles avec un régime riche en graisses pendant 13 semaines avant l'accouplement. Les femelles étaient nourries avec un régime allégé. Leur progéniture a été nourrie avec un régime standard à faible teneur en matières grasses et suivie à 20 jours, 6 semaines, 6 et 12 mois.

En comparaison avec la progéniture de souris témoins nourries avec un régime faible en graisse, la progéniture de souris mâles avec obésité induite par l'alimentation, présente,

· un poids corporel plus élevé à 6 semaines,

· une obésité à 6 et 12 mois,

· plus de graisse corporelle.

Mais elle est également plus active physiquement ! L'équipe étudie les causes possibles de ce comportement qui pourrait à terme compenser l'augmentation de la graisse corporelle et réduire le risque de maladies métaboliques telles que le diabète et les maladies cardiaques.

A ce stade, les chercheurs identifient les facteurs « épigénétiques », c'est-à-dire qui vont influer sur l'expression des gènes, sans les modifier, comme une cause possible de cette héritabilité. Leur constat suggère chez l'Homme, que les individus dont les pères sont obèses devraient tenir compte de cet héritage, aussi. Leur prochaine recherche cherchera à identifier les gènes clé de ces changements physiologiques et comportementaux.

Source: ENDO via Eurekalert (AAAS) Obese male mice father offspring with higher levels of body fat (Visuel @Fotolia)

Accéder à nos dossiers-Pour y accéder, vous devez être inscrit et vous identifier

Obésité de l'enfant (1/6)
Troubles du comportement alimentaire


Interstitiel Fiducial

Autres actualités sur le même thème

Pages