Vous recherchez une actualité
Actualités

PALUDISME: Des moustiques modifiés pour ne «faire» que des mâles

Actualité publiée il y a 6 années 2 mois 3 jours
Nature Communications

C’est une technique radicale pour éradiquer le paludisme qui est proposée ici par ces chercheurs de l’Imperial College : Supprimer toute descendance femelle chez le moustique, car c’est le moustique femelle qui transmet le paludisme à l'homme par sa piqûre. Une stratégie efficace « sur le papier » mais qui comporte deux grandes incertitudes, la résistance des moustiques génétiquement modifiés en milieu naturel et, surtout, le bouleversement écologique lié à la réduction draconienne du nombre de femelles.

CORONAVIRUS

TENA soutient les aidants
familiaux et leurs proches

Nous soutenons les aidants familiaux et leurs proches pendant cette période difficile. Cliquez ici pour retrouver nos conseils et astuces simples sur l'hygiène.

En synthèse, dès la première génération issue de ces moustiques modifiés, le nombre de moustiques femelles, pouvant transmettre le paludisme, chuterait à moins de 10% (vs 50%) –Voir schéma ci-contre. Mais les chercheurs de l'Imperial College de Londres, de l'Université de Pérouse en Italie et du Centre de recherche sur le cancer Fred Hutchinson (US) notent que de précédentes tentatives d'introduction de moustiques modifiés ont échoué, en raison de la très grande résistance des moustiques sauvages.


Car à ce stade, il s'agit d'une étude en laboratoire cherchant à contrôler le nombre e moustiques femelles, en augmentant, dans la descendance, la proportion de descendants mâles. Ici, les chercheurs ont modifié génétiquement des moustiques Anopheles gambiae en utilisant une enzyme de synthèse, qui endommage le chromosome X chez les mâles, sans affecter Y de manière à ne pas entraîner une descendance stérile. Ils obtiennent, à partir de ces moustiques modifiés une progéniture à 95% mâle, présentant à 50% la même enzyme les contraignant également à une descendance mâle.

5 expériences en cage, qui ont ensuite testé « l'affrontement » entre les moustiques sauvages et les moustiques modifiés, 3 fois plus nombreux, montrent l'élimination, au bout de 6 générations, de tous les moustiques sauvages.

Les chercheurs concluent que leurs moustiques génétiquement modifiés constituent une première preuve de ce concept de lutte antivectorielle génétique. Reste les vérifications essentielles à opérer avant de libérer dans l'environnement, ce type d'espèce génétiquement modifiée.

Source: Nature Communications June 10 2014 doi:10.1038/ncomms4977 A synthetic sex ratio distortion system for the control of the human malaria mosquito

Pour en savoir plus sur le Paludisme