Vous recherchez une actualité
Actualités

PALUDISME: Une nouvelle étape pour bloquer sa transmission

Actualité publiée il y a 6 années 9 mois 4 jours
PLoS Medicine

Cette recherche de pointe menée par la fondation Medecines for Malaria Ventures (MMV) publiée dans l’édition du 21 février de PLoS Medicine a comparé l'activité de médicaments antipaludiques à toutes les étapes du cycle de vie du parasite. C’est la première analyse comparative jamais réalisée en termes de mesures d’efficacité des antipaludiques en fonction du cycle de vie du parasite. La recherche apporte, selon MMV, les pièces manquantes du puzzle nécessaires pour développer de futurs médicaments capables d’arrêter la transmission du parasite d'homme à homme.

Les médicaments actuels ciblent le parasite du paludisme principalement au stade où il est déjà dans le sang tout simplement parce que c'est l'étape qui conduit à des symptômes cliniques. Cependant, pour bloquer la transmission du parasite, il faudrait pouvoir le tuer à de multiples stades de son cycle de vie, en particulier, au moment de la reproduction du moustique vecteur.


Les équipes scientifiques de l'Imperial College de Londres, de l'Institut de recherche génomique de la Fondation Novartis, de l'Université de Bâle, du Scripps Research Institute et de Medicines for Malaria Venture sont parvenues à reproduire la biologie complexe du parasite tout au long de son cycle de vie, en laboratoire. Cette reconstitution leur a permis de tester l'activité de 50 molécules anti-infectieuses, certaines étant déjà disponibles et d'autres en développement sur chaque étape du cycle de vie du parasite.

Les chercheurs constatent que certains antipaludiques déjà disponibles, tels que la pyronaridine et l'atovaquone, peuvent cibler le foie et les stades de reproduction du parasite comme le stade où il est dans le sang. Une molécule actuellement en essais cliniques de phase II, l'endoperoxyde OZ439 et un nouveau composé 8-aminoquinoléine, NPC-1161B, pourraient également bloquer la transmission.

« Ces résultats spécifiques sont essentiels pour orienter la sélection et les combinaisons de la prochaine génération de molécules d'artémisinine pour réussir à éradiquer le paludisme », explique Tim Wells, directeur scientifique de MMV, « et fournissent déjà un point de repère pour toutes les molécules existantes ».

Source: PLoS Medicine “The Activities of Current Antimalarial Drugs on the Life Cycle Stages of Plasmodium: A Comparative Study with Human and Rodent Parasites

Accéder aux dernières actualités sur le Paludisme

Autres actualités sur le même thème

Pages